SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Le Hezbollah attend l’échec des négociations à Vienne… Une question de sécurité attend le Liban?

Le Hezbollah attend sur le chemin des négociations nucléaires américano-iraniennes pour voir l’ordres qu’il recevra du guide du régime iranien, Ali Khamenei. Et jusqu’à ce moment, il semble que les négociations connaissent un trébuchement majeur, au milieu d’une escalade de paroles et de préparatifs militaires.

Des sources militaires israéliennes ont affirmé qu’il existe des instructions pour se préparer à une action militaire contre l’Iran.A son tour, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalina Birbock a indiqué qu' »aucun progrès n’est en vue dans les négociations de Vienne sur l’accord nucléaire iranien ».Et elle a estimé que « nous avons gaspillé 6 mois de négociations avec l’Iran, et le temps presse ».De son côté, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a souligné que « nous avec l’Europe comprenons bien ce qui se passe pendant les pourparlers de Vienne ».Austin a noté qu' »il n’y a eu aucun progrès dans les pourparlers nucléaires de Vienne avec l’Iran ».

Liban, des sources occidentales bien informées indiquent que l’Iran a des objectifs qui ne sont plus cachés à personne, notamment au Liban, car le Hezbollah, « l’enfant gâté » de l’Iran, considère que le succès des négociations lui donne de l’espoir d’étendre de plus en plus son pouvoir, et c’est ce que craignent les pays de l’Union européenne, qui ne veut pas déstabiliser le Liban.

Les sources ont ajouté à « Sawt Beirut International » qu’il y a « une crainte qu’en cas d’échec des négociations à Vienne, le Hezbollah ait recours à des mesures de sécurité afin de perturber les prochaines élections législatives et d’emmener le Liban vers des endroits dangereux d’où il ne peut pas être renvoyé, car il en est venu à penser que les conditions internationales, arabes et du Golfe ne sont plus en mesure de résister au comportement du Hezbollah. »

Les mêmes sources disent: « le Hezbollah est devenu un fardeau pour l’État, et ses armes doivent être aux mains de l’État libanais, comme en témoignent les déclarations du Golfe publiées lors de la tournée du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman,et elle est venue en harmonie avec les positions internationales européennes,qui semble à la vision de Washington dans cette étape difficile que traverse le Liban. Et du consensus international pour aller vers la fin du comportement du Hezbollah envers les pays du Golfe et son ingérence négative dans les affaires de ces pays. »

Les sources ont demandé, et c’est le plus dangereux, si Israël décide de lancer une frappe militaire contre l’Iran, le Hezbollah lancera-t-il des missiles du front sud vers Israël? Et ainsi quelle sera la réaction de Tel-Aviv, qui a averti à plusieurs reprises que tout acte de guerre du Hezbollah contre Israël le gouvernement porterait sa responsabilité?