SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

Le « Hezbollah » est expert dans le sabotage des relations libanaises… Nasrallah se fait passer pour Restom Ghazali

Au moment où l’ambassadeur saoudien, Walid Al-Bukhari, accueillait chez lui la table du l’Iftar en l’honneur du Premier ministre Najib Mikati et de plusieurs personnalités politiques et diplomatiques, le secrétaire général du « Hezbollah » Hassan Nasrallah attaquait la Royaume d’Arabie saoudite et ses dirigeants en lançant des accusations et des campagnes selon lesquelles il est la cause du sabotage des relations arabo-arabes.

Ce qui était remarquable avant le lancement de ces positions, c’est la rencontre de réconciliation que Nasrallah a appelé entre le « chef du Courant patriotique libre » Gebran Bassil et le chef du mouvement « Marada » Sleiman Franjieh en fin de semaine dernière lors d’un Iftar, comme si par son comportement il voulait souligner qu’il est la base de la politique sur la scène libanaise.

Dans ce contexte, des sources politiques estiment que le « Hezbollah » a émergé comme bénéficiaire à travers le retour des ambassadeurs des pays du Golfe à Beyrouth.

Comme il considère que la situation au Liban est bonne, sous son contrôle et sa présence, et que c’est devenu un postulat de base et une réalité dans le pays, et c’est une affaire dangereuse, comme le disent les sources qui souhaitent que les ambassadeurs arabes déterminer leur position sur la question de la présence du Hezbollah en déclarant que le Liban est occupé par cette milice classée dans le Golfe comme terroriste.

Les sources indiquent que le Hezbollah a pu, après avoir effectué un coup d’État noir contre toutes les composantes de l’État, en plus de mettre la main sur la tête de l’autorité jusqu’à son extrémité inférieure, que son secrétaire général se fasse passer pour Restom Ghazali, comme il l’a convoqué et réuni deux personnalités maronites désignées pour le poste de président.

Les sources précisent que le parti agit désormais sur le complot, donc si son intérêt l’exige, il attaque, et s’il voit qu’il a intérêt à refroidir l’atmosphère et à la trêve, il le fait.

Ainsi, les sources décrivent le « Hezbollah » comme un cancer qui a infiltré le corps libanais et tous les éléments du pouvoir.

Les sources considèrent que le parti est actuellement dans la phase d’anticipation de l’issue des négociations de Vienne sur le dossier nucléaire, dont les résultats ne sont pas encore résolus en raison de la nécessité de davantage de consultations, et en parallèle, il observe également les résultats des négociations indirectes saoudo-iraniennes et de la lenteur qui s’opère, notamment sur la scène yéménite, il attend donc un mot. Le secret est de sa référence iranienne pour s’appuyer sur la chose.

Surtout que Téhéran a une grande capacité à faire fonctionner ses armes de milice comme l’exigent ses propres intérêts, y compris l’exploitation des terres libanaises, et cela a été annoncé ouvertement par l’un de ses dirigeants en considérant que son pays contrôle six capitales arabes et dispose de 6 armées, et le « Hezbollah » est l’une de ces armées.

Les sources disent : « Actuellement, nous ne pouvons pas savoir si le Hezbollah est dans une situation confortable ou en crise, étant donné que le dossier nucléaire est celui qui régit cette réalité et que les résultats des négociations dans ce dossier sont encore flous jusqu’à présent, et la vision n’a pas encore été effacé.  »

Cependant, ces sources confirment que le Hezbollah cherche et veut organiser des élections aujourd’hui, avant demain, et met tout en œuvre pour les tenir car il est convaincu qu’il aura une représentation équilibrée dans le nouveau parlement.

Ensuite, il pourra prouver aux communautés arabes et internationales que malgré votre guerre contre nous et votre classification en tant qu’organisation terroriste, le peuple libanais nous a choisis et a renouvelé notre légitimité et notre légitimité.

Les sources concluent sur l’importance du professionnalisme du Hezbollah dans le sabotage des relations extérieures du Liban avec ses frères et amis, au nom des intérêts de sa référence iranienne.

    la source :
  • Sawt Beirut International