SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Le Hezbollah et « l’incursion » du 15 mai

Comme si le Hezbollah était habitué aux invasions au mois de mai, il l’a fait le 7 mai 2008 lorsqu’il a envahi Beyrouth et abusé de son peuple, et il s’est vanté de ce qu’il avait fait au point que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a décrit le 7 mai comme un « jour glorieux ».

Et il l’a fait le 15 mai 2022, non seulement à Beyrouth, mais dans la banlieue sud, Byblos, certaines villes de Jezzine et certaines villes du district de Baalbek-Hermel.

Les traces de ces échantillons provenant des « incursions » sont documentées par vidéo et audio et sont devenues en possession des services de sécurité, du Ministère de l’intérieur, de l’Association libanaise de surveillance des élections et des organismes internationaux chargés de surveiller les élections. Mais à quoi profitent tous ces organismes si le Hezbollah prend la décision d’utiliser la force et la violence dans les zones qu’il contrôle et dans les zones qu’il a envahies ? Et en voici un exemple:

-Agression d’un représentant de l’une des listes dans la ville d’Al-Kunisa à Baalbek-Hermel.

-Une attaque contre la voiture du candidat au siège chiite à Jbeil, Mahmoud Awad.

-Une attaque contre un candidat à Al-Dahieh.

-Briser les tentes d’un groupe dans la ville de Kfarhouna dans le district de Jezzine.

-Menaces généralisées contre l’association « LADE » dans les villes de Nabi Sheet, Mazraat Al-Tout et Al-Ramadieh.

Dans cet échantillon, le « collecteur commun » parmi eux est qu’il y a une présence du Hezbollah en elle, ce qui indique que le Hezbollah veut envoyer une série de messages violents à ceux qui craignent que son « État » soit plus fort que leur « État ».

Un message au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur qu’ils n’osent pas arrêter son invasion, tout comme il l’a fait dans « l’incursion du 7 mai 2008 ».

Un message aux forces de sécurité de l’armée, des forces de sécurité intérieure, de la sécurité publique et de la sécurité de l’État que lorsqu’il est sur le terrain, « la terre lui appartient ».

Un message aux associations, organisations et organismes internationaux que la décision du Hezbollah de mener une « campagne électorale » ne peut être combattue.

Peut-être que le Hezbollah a mal compris le vrai sens du terme « résultat ». Alors qu’il était nécessaire d’augmenter le « résultat du scrutin », le Hezbollah a délibérément relevé le « décompte des violations » devant les forces de sécurité.

Le dénominateur commun entre la bataille du 7 mai 2008 et la bataille du 15 mai 2022 est qu’il y a ceux qui ont décidé « d’extrader et de se rendre » : le 7 mai 2008, les conditions du Hezbollah ont été remises, et en mai 2022, une retraite et un appel au boycott ont été lancés pour laisser le Hezbollah combler le vide.

    la source :
  • Sawt Beirut International