SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

Le Hezbollah: Moi ou personne

« Moi ou personne », oui, c’est la campagne électorale pratiquée par la milice du Hezbollah.

Sa formation est répétée lors des élections législatives en pratiquant des politiques d’intimidation et de menaces pour faire pression sur les candidats qui lui font concurrence, ainsi que la trahison contre quiconque ose exercer les droits de la liberté d’expression, qui est le pilier fondamental de toute démocratie saine. .

Ce qui se passe dans le quartier de Baalbek-Hermel est suspect.

Il se réfère plutôt à l’utilisation par le Hezbollah de la politique de « l’envie » et de l’intimidation, et cette atmosphère ridicule créée par « le parti » confirme qu’il n’a pas laissé les candidats chiites indépendants exercer leur droit aux élections, et l’organe de surveillance des élections doit sortir de son profond sommeil!

Et ce que la tête de la Liste du bâtiment de l’État, Son Eminence Cheikh Abbas Al-Jawhari, a subi, lors du tour électoral dans la vallée de la Bekaa, à coups de feu nourris et obus en l’air, afin de l’effrayer.

Cet acte confirme que le terroriste menace les chiites libres et utilise toutes les méthodes sales et méprisables et empêche la candidature de chaque chiite libre aux élections législatives par la force des armes et des meurtres et des assassinats et fabrique des accusations et une trahison pour empêcher l’élection d’un Libanais libre Arabe chiite qui rejette la subordination à l’ennemi iranien perse qui occupe notre pays.

Quant aux menaces puis au retrait des candidats chiites à Baalbek-Hermel, alors que les candidats chiites sont sur les listes de la révolution sans aucune menace ou menace pour eux, la réponse est simple :

Nous n’oublierons pas le 7 mai, et nous n’oublierons pas les assassinats de leaders d’opinion et le bombardement de Beyrouth, tout comme les témoins de vos crimes ont été tués.

Et nous n’oublierons pas Luqman Salim, le fils de la secte chiite libanaise, ainsi que la glorification de « al-Katem » ! Souvenez-vous de cette gloire dans vos batailles électorales, tout comme les candidats.

Ramez Amhaz, Hemin Meshek et Rifaat al-Masry, candidats à la Liste du bâtiment de l’État à Baalbek « Hermel », ont été intimidés par le terroriste Hezbollah pour les forcer à se retirer de la bataille électorale.

En plus des balles de trahison et des obus d’intimidation face au chef de liste, Cheikh Abbas Al-Jawharil, oui, cher Liban, aujourd’hui est un otage entre les mains du Hezbollah, et nous devons prendre la bonne décision. Voulons-nous de la résistance ou de la reddition?

    la source :
  • Sawt Beirut International