SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 January 2023, Sunday |

Le « Hezbollah » n’est pas un rempart contre le « Mossad israélien »

Ce n’est pas la première fois que les médias sont en effervescence avec des arrestations effectuées par le « Hezbollah » à l’intérieur de son fief, qui a émergé de l’intérieur de la salle d’audience à huis clos, de nombreux noms qualifiés de « grosses têtes ». Ces grosses têtes assumaient des responsabilités sensibles au sein du Hezbollah, malgré le black-out médiatique et les enquêtes et arrestations limitées à l’appareil spécial du parti.

On peut noter que très peu d’entre eux soumettent leurs dossiers à la justice militaire libanaise, représentée par le Tribunal militaire, dont les salles ont été témoins de certains procès de membres affiliés au parti et au « Mouvement Amal », impliqués dans des données très dangereuses qui les cadres concernés affiliés au Hezbollah dans leur région et dans ses zones d’influence.

Les assassinats d’un certain nombre de ces dirigeants hors du Liban ne peuvent être passés sous silence, notamment hier sur la terre irakienne, où l’esprit stratégique et sécuritaire iranien Qassem Soleimani a été assassiné, et la Syrie a été assassinée par Imad Mughniyeh et son fils Jihad et Samir Kuntar, et la liste continue.

Au cours des derniers jours, l’arrestation d’un haut responsable du parti dont le nom n’a pas été divulgué a été révélée, ce que la direction du Hezbollah avait l’habitude de faire, bien que de nombreux noms aient été exposés et transformés en un matériel médiatique important dans lequel il raconte les étapes de recrutement et les tâches confiées à ces agents, dont certains ont réussi à déjouer plusieurs Opérations qui devaient être menées par des membres du parti en Bulgarie, Azerbaïdjan, Pérou et Thaïlande, dont Muhammad Shorba, dit « Haitham », chargé de ses opérations à l’étranger, qui a commencé à traiter avec le « Mossad » en 2007.

Quant à Muhammad al-Hajj, surnommé « Abu Turab », le sous-officiel de l’unité de formation, considérée comme la plus haute autorité partisane après le Conseil djihadiste, et son collègue Muhammad Atwi, responsable des cérémonies, ont été recrutés avec le ce dernier en faveur des Américains, selon ce qui a circulé, tandis qu’un troisième responsable a réussi à s’échapper vers « Israël », ce qui a incité Amin Hezbollah à amener Hassan Nasrallah à qualifier l’ambassade américaine à Awkar de « repaire d’espionnage ».

La série est longue et ne peut être réfutée compte tenu du secret pratiqué par le Hezbollah concernant ces infiltrations, qui se caractérise par le type de recrues et leurs responsabilités et son déni de nombreux assassinats en annonçant son « martyre » lors des combats en Syrie face à les terroristes.

Néanmoins, de nombreux faits ont été révélés par des fuites médiatiques qui documentent certaines données contredisant l’annonceur.

Et ce qui a été révélé ces derniers jours sur l’arrestation d’une personnalité éminente du parti, et si le nom du nouvel agent qui appartient au cercle restreint du parti n’est pas documenté, cela indique que le parti est toujours vulnérable à la pénétration malgré les changements qu’elle opère au sein de ses cadres et restreignant certaines informations et données à un nombre limité, elle vivra obsédée par les « défis » de sa maison n’est pas à l’abri de la trahison, elle est donc liée au manque de conviction de ces personnes dans la politique du parti ?

Ici, la question se pose de savoir si la structure structurelle du parti connaît des fissures internes, et les prochains jours révéleront le chef qui a dévié de la bannière « résistante ».

    la source :
  • Sawt Beirut International