SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2021, Tuesday |

Le Hezbollah perd la couverture chrétienne et il a peur des résultats des élections

Ne pariez pas sur le changement de la scène électorale, a déclaré le chef du bloc Loyauté à la Résistance, le député Muhammad Raad, qui a fait exploser les concepts et les significations de la démocratie.

Dans son discours, il a affirmé que le Hezbollah contrôle les détails de l’Etat et que les élections sont une formalité, quels que soient les résultats, ce qui signifie que le Liban est soumis à des équilibres, pas à la démocratie et à une majorité au pouvoir.

Selon des sources parlementaires, les propos de Raad sont dangereux et doivent être confrontés, car le Hezbollah anticipe les résultats des élections pour maintenir la scène du contrôle de l’Etat.

Des sources parlementaires ont déclaré à Sawt Beirut International que le parti se trompe lorsqu’il croit qu’il peut continuer avec la logique d’intimidation et de domination du Liban par la puissance de ses armes. Il doit s’habituer à la règle de la majorité et à l’opposition de la minorité.

Des sources parlementaires soulignent que « le Hezbollah veut dire à l’avance à ceux qui s’inquiètent que le pays ne sera pas dirigé sans consensus.

Le parti rejette le jeu démocratique et ne respectera pas ses règles.

Il est naturel que la majorité gouverne et forme ses propres gouvernements, tandis que l’opposition reste en dehors d’elle et surveille ses performances et la tient ainsi responsable devant la Chambre des représentants.  »

Dans ce contexte, un membre du bloc parlementaire « Futur », le député Nazih Najm, a été surpris de parler de ce droit après que le président Michel Aoun a déclaré qu’il ne signerait pas la loi, comme indiqué dans ses amendements parlementaires.

Dans ce contexte, il s’est interrogé sur le rôle du Conseil et de l’autorité législative, si ses décisions prises à la majorité, sinon à la majorité et à l’unanimité, n’étaient pas prises dans de nombreux cas.  »

Selon les sources, le Hezbollah estime que les prochains résultats des élections produiront une majorité, contrairement à ce que souhaite l’Iran.

C’est une grande perte pour l’axe de Téhéran, et les alliés du parti, comme le Mouvement patriotique libre, ont perdu une grande partie de leur force et de leur popularité.

Pour le Hezbollah, c’est l’une des lignes rouges, car avec la perte du Mouvement patriotique libre, il perd la couverture chrétienne, et la perte de cette couverture pour le parti signifie qu’il est devenu isolé et menacé.

Les sources ont révélé que le Hezbollah a peur des fluctuations du climat chiite.

Il y a des opposants de la communauté chiite, qui peuvent violer le règlement électoral du parti, au moins pour un siège.

En ce qui concerne le parti, c’est un coup qu’il doit éviter, et ainsi le Hezbollah est confronté à une nouvelle réalité qu’il doit gérer, dans une perspective démocratique, et non par excès de pouvoir dont il jouit.