SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 10 August 2022, Wednesday |

Le Liban est devenu un État défaillant grâce à la performance de ses politiciens

Tous les faits et preuves indiquent que le Liban est devenu, du fait de la politique menée par ses responsables, un État défaillant par excellence, où ses institutions officielles s’effacent jour après jour à cause du jonglage des responsabilités, des égoïsmes et des rivalités. présent et son avenir en présence d’une classe dirigeante défaillante, experte dans la perturbation de tous les éléments de la vie politique, et qui a délibérément, par ses performances, fait du Liban un État branlant et délabré malgré sa richesse en capacités humaines et en ressources naturelles. s’attaquer aux principales causes de celui-ci, en raison des politiques disparates continues et brutales en l’absence de solutions radicales à la douloureuse réalité dans laquelle vivent le citoyen libanais en général et tous les employés du secteur public de toutes catégories en particulier, sachant qu’ils constituent le nerf principal pour la poursuite du travail de l’État libanais, qui s’est encore plus paralysé à la lumière de la crise économique et de la situation sociale délicate que traverse le pays en raison de la mauvaise performance politique à laquelle la plupart des la souffrance des Libanais est due.

Des sources politiques de haut rang considèrent à travers « Voice of Beirut International » que, malheureusement, tous les avantages et les inconvénients de l’État en faillite sont désormais disponibles au Liban, qui est devenu un État dépourvu de souveraineté et d’indépendance de décision, avec l’absence de perspective de leur restauration, dans la mesure où elle n’est pas en mesure de fournir les services publics les plus simples à ses citoyens et de répondre aux exigences Vivre dignement face à l’effondrement d’une institution après l’autre et à la destruction de celle-ci, en plus de l’érosion de la légitimité des gouvernants à travers le manque de confiance des citoyens dans leurs performances en raison de leur manque du niveau minimum de responsabilité ou de patriotisme, en exploitant les dettes, les prêts et les dons et en les investissant dans des projets inutiles pour les détourner. ne peut plus jouer son rôle naturel et n’est pas reconnu par les États, et ce à quoi nous assistons actuellement en l’absence d’une diplomatie libanaise efficace, que ce soit à l’ONU ou à la Ligue des États arabes et dans les instances internationales, c’est la La plus grande preuve de cela, donc La réalité confirme que le Liban possède tous les éléments qui en font un État en faillite, sans aucun espoir que sa situation s’améliore.

Quant à savoir qui porte la responsabilité d’atteindre ce stade, les sources considèrent que l’ampleur de la responsabilité est liée à celui qui a le plus d’autorité, car il est le plus responsable, et celui qui assume actuellement la responsabilité est le « Hezbollah » parce qu’il c’est l’autorité réelle et c’est au sommet de la pyramide dans le pays, et puis le Président de la République et les gouvernants au pouvoir portent aussi la responsabilité, il y a aussi le soi-disant parti des banques qui détient l’avenir de la L’économie libanaise et leur autorité dépassent parfois l’autorité politique avec laquelle ils entretiennent des relations étroites, car comme on le sait, il y a un certain nombre d’hommes politiques qui contrôlent le secteur bancaire, en plus du fait qu’il y a une responsabilité qui incombe au les gens, en particulier de Ils ne s’acquittent pas correctement de leurs devoirs envers l’État et gardent le silence sur les politiciens corrompus.

Les sources préviennent, estimant que si les conservateurs n’ont pas prêté attention durant les jours suivants à la gravité de la situation libanaise, à commencer par Michel Aoun, s’il avait un iota de conscience et de morale, jusqu’à tout le personnel qui a formé le gouvernement et la lutte qui l’entoure, le pays se dirige vers une paralysie complète, une désobéissance civile et une explosion populaire, où tout s’arrêtera. Quelque chose et nous assisterons au repli des gens dans leurs maisons et leurs quartiers et à une paralysie complète au niveau de tous les secteurs.

Les sources concluent en soulignant que la solution est d’élire un président de la République du type qui sied au Liban avec ses chrétiens et ses musulmans, appelant les maronites à présenter des candidats compétents, ayant la morale et la loi, et ils sont nombreux.