SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Le Liban et son peuple subissent le poids des rêves personnels de Bassil

L’ancien ministre Gebran Bassil n’a pas formé sa position au sein du « Courant patriotique libre » et dans le cœur du président Michel Aoun en une nuit. Cette position s’est formée à la suite d’efforts et de persévérance pour rendre visite au général dans son exil parisien tout au long de son séjour là-bas, et avec son retour en mai 2005, Bassil est devenu actif sur la ligne d’acquérir la confiance absolue de Aoun, et a commencé à mettre sa première brique après avoir gagné l’approbation de Aoun en lui offrant l’obéissance, ce qui était évident lors de sa prise en charge des rênes du pouvoir dans le parti du « Courant patriotique libre », après qu’il ait pu exclure toute personne qui représente une menace pour son héritage du « mouvement aouniste », selon une source informée.

Bassil, selon la source, a réussi à jouer le rôle de « fils » dans lequel les gendres du général ont échoué, le dernier d’entre eux étant le général de brigade Shamil Roukoz, lorsqu’il a déclaré dans une interview à la presse : « J’espérais que le courant patriotique libre serait à la hauteur des sacrifices qui ont eu lieu, mais c’est le contraire qui s’est produit », décrivant le 13 octobre 1990 comme un jour noir et un jour de la défaite, pas de la victoire »… Roukoz, qui était au centre des événements, surtout pendant la « guerre d’abolition » et ce qu’on a appelé « la guerre de libération », est le meilleur témoin de son déroulement, mais la description qu’il en fait, même si elle est tardive, dément les propos du ministre Bassil lors de sa célébration de cet anniversaire. Selon Bassil : « Sans les martyrs de cette époque, il n’y aurait pas de patrie », et il n’a pas mentionné une seule fois ceux qui sont encore en Syrie, auxquels le Président Aoun rend visite, mettant fin à l’inimitié avec le régime d’Assad.

La source poursuit que Bassil pensait à la « théorie de la conspiration » que tous les gens menaient contre lui dans son pays, à l’étranger et dans le monde entier par le biais d’assassinats politiques, d’élections, d’obstruction des projets et des réalisations qu’il voulait accomplir, comme l’audit juri-comptable et la poursuite de leur bataille contre la corruption et le retour des déplacés. Et Hezbollah n’a pas ouvert la voie à ses ambitions présidentielles, comme ce dernier connaît une crise de choix entre son principal allié, l’ancien ministre Suleiman Franjieh, qui s’est retiré de la course à la présidence lorsqu’il a été convenu du nom d’Aoun pour lui succéder, mais les résultats des élections au Parlement ont été une déception pour lui et le Hezbollah, et ils n’ont plus eu le dernier mot au Parlement.

Hier, Bassil a salué le succès de la démarcation de la frontière maritime en essayant de « dire » aux Libanais, bien qu’indirectement, que c’est à lui que revient le mérite de la conclusion de cet accord. Mais tout le monde réalise que ce faible accord n’aurait pas eu lieu s’il n’y avait pas eu le croisement d’intérêts internationaux qui ont imposé sa signature et qui s’y préparaient depuis la réouverture du dossier des négociations. Cela explique le refus du président de signer le décret 6433, qui stipule la modification des cartes marines qui incluent la ligne 29 au sud.

L’approbation est maintenant « dans la poche » et attend la signature, et les fronts entre le « Hezbollah » et « Israël » vont se calmer, et il n’y a plus besoin de drones non armés, car la garantie est maintenant dans les textes et les clauses, et le champ de Karish attend maintenant en toute sécurité de pomper le pétrole et le gaz de son intérieur vers « Israël », ce qui sauvera l’Europe de son froid rigoureux, tandis que les yeux des Libanais resteront fixés sur le champ de « Qana » pour déverser son contenu, auquel « Israël » prendra part par le biais de la société Français « Total », qui s’apprête à explorer ce champ . L’or noir sortira-t-il pour éclairer les obscurités des Libanais avec des barils suffisants pour la région de 10452 ?

    la source :
  • Sawt Beirut International