SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Le Liban prend la présidence de la session de la Ligue arabe

Le 9 de ce mois, le Liban prendra la présidence de la 157ème session des ministres arabes des affaires étrangères. On s’attend à ce que cette session soit active et efficace, étant donné les changements qui se produisent sur la scène internationale et régionale, dont les répercussions pourraient atteindre l’arène arabe.

Il est vrai que la réunion du Conseil de la Ligue arabe au niveau des ministres des affaires étrangères ne contiendra pas de surprises au niveau arabe, mais elle est déjà une réunion nécessaire pour la consultation et la discussion entre les ministres arabes, et le consensus sur une vision arabe unifiée des développements internationaux.

Les ministres des affaires étrangères discuteront de l’ordre du jour, des décisions et des sujets liés au soutien et au renforcement du processus d’action arabe commune dans divers domaines politiques, économiques et sociaux, en plus des sujets liés aux développements dans la région.

La réunion porte également sur les mécanismes de développement de divers domaines de coopération entre les pays arabes, les pays amis et les organisations internationales. Compte tenu de la sensibilité et de la précision de la situation arabe et internationale, « Sawt Beirut International » a appris que les ministres des affaires étrangères s’accorderont sur la nécessité et l’importance de tenir un sommet arabe cette année en novembre et de ne pas le reporter, après qu’il n’a pas été possible de le tenir pendant deux ans en raison de la pandémie de Corona.

Selon une source arabe au sein de la Ligue, l’Algérie est déterminée à tenir ce sommet sur son sol, et sa diplomatie sera active durant la préparation du sommet pour renforcer et consolider le réseau arabe de communication entre les dirigeants des pays dans le but de parvenir à une réconciliation arabe globale entre les Etats membres.

Quant au point relatif au retour de la Syrie dans le giron arabe, cette question ne semble pas avoir pris de l’ampleur au niveau arabe, sachant qu’il y a des pays du Golfe comme les Emirats, qui ont rompu leur boycott de la Syrie, et réactivent leurs relations avec Damas, mais la perte du consensus arabe sur cette question est toujours absente. En outre, le vote de la Syrie en faveur de la Russie à l’Assemblée générale des Nations unies a été considéré par certains comme un écart à la solidarité arabe dans ces circonstances sensibles.

Des informations au sein de la Ligue arabe indiquent que si l’un des pays arabes propose le retour de la Syrie au sein de la Ligue en dehors de l’ordre du jour, et que cette question ne rencontre pas le consensus arabe attendu, alors cette proposition sera prise en compte et enregistrée dans le rapport de la réunion, sans parvenir à une solution en raison de l’absence de consensus arabe autour de cette question.

De même, la guerre russo-ukrainienne, qui a attiré l’attention du monde et est devenue l’une des priorités et des préoccupations des pays occidentaux, ne sera pas absente des réunions du Caire après le vote quasi unanime contre l’invasion russe en Ukraine.

En outre, malgré la guerre russe, les questions sensibles et importantes sont toujours suivies de près par les pays occidentaux, après l’annonce de la conclusion prochaine d’une solution avec l’Iran concernant l’accord sur le nucléaire iranien, qui est devenu une demande internationale et arabe également.

Cette question s’imposera à la table de réunion de la Ligue arabe en dehors de l’ordre du jour. Elle fera également l’objet de discussions avancées et parallèles entre les ministres arabes, d’autant plus que les pays arabes tels que l’Arabie saoudite, l’Irak, le Liban, la Syrie, le Yémen sont indirectement concernés par ses résultats, qui peuvent changer certains concepts internationaux et régionaux, et avoir des répercussions et des effets sur la situation arabe en général.

    la source :
  • Sawt Beirut International