SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 October 2021, Tuesday |

Le Liban… Un effondrement d’un accord ou un nouveau règlement?

Après l’effondrement de l’accord Aoun Hariri et l’effondrement de l’accord Geagea Aoun, il ne fait plus aucun doute que le règlement que Geagea et Hariri ont conclu avec Aoun et à travers lui avec la milice du Hezbollah était une énorme erreur stratégique.

Cette erreur a conduit le Liban à un effondrement politique et économique global, et la question reste dépendante de la prudence contre un nouveau règlement avec le Hezbollah sous prétexte d’arrêter à nouveau l’effondrement.

Et le règlement est venu au détriment ‘du sang des victimes’, l’effondrement et le vol de l’argent du peuple au Liban. Et ce règlement est une grande insulte à tous les Libanais.

Et il est devenu clair pour tout le monde, que le président Aoun représente l’occupation iranienne et ne représente pas le Liban, le leader libre et indépendant. Par conséquent, d’exiger sa démission, ne signifie pas violer la position de la Présidence de la République.

Toutes les considérations religieuses et sectaires « s’effondrent » devant le Liban et son appartenance arabe. Et cela, afin de ne pas perdre la boussole, Michel Aoun et le Hezbollah sont les deux faces d’une même pièce, et ils sont la seule raison principale de la destruction actuelle du Liban.

Au Liban aujourd’hui, il existe deux approches: Tout d’abord, l’approche de la plupart de ses combats, qui est propagandiste et autoritaire, et ses objectifs sont parlementaires, ministériels, présidentiels et fonctionnels. Tandis que l’autre approche est minoritaire a des combats existentiels, structurels, intellectuels et culturels, et ses objectifs sont des secours, nationaux et souverains.

D’abord, la solution commence par convertir ceux qui ont une approche majoritaire en minorité et ceux qui ont une approche minoritaire en majorité.

C’est pour que la voix de la raison et de la logique devienne la voix dominante et que le Liban y recoure à la constitution et aux normes internationales loin du non-sens.

La position de la communauté internationale sur les excuses de Hariri n’est pas satisfaisante, car il semble clair que Paris et Washington comptent toujours, sur le système politique actuel, et considèrent que les solutions dépendent de ses piliers.

Ces positions internationales servent « de sonnette d’alarme aux Libanais ».

Cette couverture contribue aussi négativement au renforcement de l’influence de l’Iran au Liban, et il y a ceux qui disent que la communauté internationale fait preuve de beaucoup de prudence dans une phase de transition complexe, et quant aux colonies, leur sort est lié aux élections législatives et à leur résultats, sinon la confrontation prendra une autre tournure au Liban.

Le Liban s’est effondré et le Liban est tombé dans « les griffes » de la République khomeiniste, à la suite des colonies qui étaient censées prendre fin après la révolution du cèdre et le Liban a retrouvé son indépendance du régime assadiste baasiste.

Et s’il veut des colonies, le peuple libanais veut la « solution » stipulée dans la constitution et la résolution internationale 1559, et il veut aussi le « désarmement » des milices du Hezbollah le plus tôt possible au Liban.

    la source :
  • Sawt Beirut International