SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 14 August 2022, Sunday |

Le message du Hezbollah est arrivé et Bkerke: l’affaire m’appartient

L’incident de l’arrestation de l’archevêque Moussa Al-Hajj a failli faire exploser la situation intérieure au Liban. Mais la réunion autour de Bkerké a calmé la situation et ouvert la porte à des contacts qui ont atteint le plus haut niveau car la question de l’arrestation de l’archevêque n’est pas allée vers des endroits d’où il ne peut y avoir de retour.

Des personnes informé des cotacts ont confirmé au site Web « Sawt Beirut International » que le message que le Hezbollah voulait transmettre au patriarche Mar Beshara Boutros Al-Rahi était arrivé, et qu’il avait été lu attentivement et avec précision.Bkerke savait qu’un message parviendrait à l’édifice patriarcal, mais elle ne savait pas qu’il serait l’arrestation de l’archevêque Al-Hajj.

Les sources ont déclaré: « Outre de drôles de théories juridiques, le Hezbollah a poussé le juge Akiki à délivrer le message. Les positions de Bkerke sont devenues inquiétantes pour le Hezbollah, en particulier celles liées à la restriction des armes aux mains de la légitimité, dans une référence claire aux armes du Hezbollah et à son rôle négatif à l’intérieur du Liban, en plus des messages clairs de Bkerké envers la communauté internationale. »

Les sources ont ajouté: « Le Hezbollah se rend compte que la voix de Bkerke atteint les couloirs des pays décisionnaires, et les appels de Bkerke sont traités très sérieusement. Cela inquiète le parti et est devenu pour lui une source constante de nuisance, en plus du cri constant d’Al-Rahi d’obstruction à la justice et de la discrétion dans le traitement des événements, notamment la question de l’explosion du port et le dossier de la bataille de l’Ain Al-Rummaneh. Par conséquent, le parti a voulu jouer à travers la porte du tribunal militaire pour attaquer Bkerké.

Les sources révèlent qu’une bonne partie du message que le parti voulait transmettre à Al-Rahi concerne ses positions sur les élections présidentielles, en particulier sur les conditions que Bkerke voulait pour le futur président de la république et du fait que l’affaire appartient à Bkerke, ni à Téhéran ni au Hezbollah.

    la source :
  • Sawt Beirut International