SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Le ministre des Affaires étrangères du Vatican au Liban pour confirmer l’intérêt qu’il porte à ce qu’il représente de diversité

Bien que l’objectif déclaré de la première visite du secrétaire d’État vatican aux Relations entre les États, Mgr Richard Paul Gallagher, au Liban depuis sa nomination en 2014, soit sa participer à la célébration organisée par l’Université Saint-Esprit de Kaslik à l’occasion de le 25e anniversaire de la visite du pape Jean-Paul Le second au Liban, mais il portait des messages importants et directs du pape François, qui soutient le Liban et tient à le soutenir et sa présence permanente à son agenda avec les hauts fonctionnaires, même s’il considère que la décision de sauver le Liban est une décision libanaise dans laquelle les efforts doivent être conjugués.

Il exprime également sa préoccupation pour lui et son peuple face à la profonde crise économique, sociale et politique, selon ce qu’a été cité par son délégué, qui a souligné que le changement va venir.Il a également souligné, lors du discours écrit qu’il a lu au Palais républicain, la nécessité de préserver le rôle chrétien, avertissant que l’affaiblissement des chrétiens bouleverserait l’équilibre interne et l’identité du Liban.

Des sources politiques familières avec les positions de la capitale du catholicisme affirment, à travers « Sawt Beirut International », l’intérêt continu du Vatican pour le Liban, qui est l’une des constantes de l’Église, car il le considère comme une expérience de diversité et ouverture à l’autre.Cet intérêt s’est manifesté directement à la suite de l’explosion du port, lorsque le pape François a dépêché le secrétaire d’État du Vatican, Mgr Pietro Parolin, pour faire preuve de solidarité avec le peuple libanais et se tenir à ses côtés, selon les sources. Les sources ont attiré l’attention sur le grand rôle moral que le Saint-Siège a joué à l’égard du Liban depuis de nombreuses années et sur l’intérêt que le Pape y attache, rappelant le discours qu’il a prononcé début juillet à la basilique Saint-Pierre lorsqu’il a tenu les responsables libanais responsables, et leur a dit: « Allez au-delà de vos propres intérêts à l’intérêt national. » Ses paroles à l’époque coïncidaient avec les paroles du président français Manuel Macron.

Les sources font référence à la coopération diplomatique permanente entre la France et le Vatican en ce qui concerne le Liban, et ont également rappelé ce que le chef de l’Église a dit à propos du Liban au début de cette année, lorsqu’il a appelé la communauté internationale à continuer de l’aider à atteindre le chemin de résurrection.Les mêmes sources soulignent l’importance du rôle que le Vatican, chef de l’Église catholique, peut jouer à travers un dialogue direct avec tous les dirigeants mondiaux, y compris le président américain Joe Biden, un catholique attaché à ses enseignements.

Les sources ont souligné que le visiteur est informé des détails du dossier libanais qu’il a discuté avec toutes les références politiques, religieuses et de la jeunesse qu’il a rencontrées, pour soumettre un rapport détaillé sur les résultats de sa visite au Liban au Pape François.

Concernant la possibilité d’une visite du pape au pays des cèdres, comme il l’a promis, les sources excluent de faire cette visite à l’heure actuelle en raison des grandes divergences entre les partis, d’autant plus que l’atmosphère politique n’est pas propice à accueillir la visite d’une si grande personnalité et le Liban est à la veille d’élections parlementaires et présidentielles.Cependant, elle souligne que le pape François est déterminé à le faire lorsque les circonstances le permettront, d’autant plus qu’il a récemment effectué plusieurs visites historiques en Égypte, en Irak et aux Émirats arabes unis, où le « Document sur la fraternité et la coopération » a été publié, en plus du visite qu’il a faite à Chypre, l’Etat géographiquement proche du Liban.

Les sources rappellent que le Liban était et restera au centre de l’attention du Vatican car il représente une coexistence et une diversité, et rappelle l’invitation que le pape Jean II qui a demandé aux chrétiens à se joindre aux musulmans dans le jeûne d’un jour du mois de Ramadan.

Concernant la possibilité que le Vatican présente une initiative spécifique au Liban, les sources le démentent, mais lie la visite de l’envoyé pontifical à celle du ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmed Nasser Al-Mohammed Al-Sabah, qui s’est récemment rendu au Liban portant un initiative de la part des États du Golfe, d’autant que son contenu correspond aux souhaits de l’État du Vatican pour le Liban ainsi que de certains pays amis et frères, qui rejette le contrôle continu de l’influence iranienne sur celui-ci.

    la source :
  • Sawt Beirut International