SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2021, Monday |

Le nouveau gouvernement n’a pas la capacité de mettre en œuvre les conditions du FMI.. et le dollar augmentera de nouveau

Le gouvernement du président Najib Mikati a été formé après une longue lutte.Cependant le Liban l’a reçu avec prudence malgré la diminution du taux de change du dollar.Ce a provoqué un état de confusion dans le marché intérieur car les expériences précédentes n’inspirent pas confiance, et cela aura des répercussions sur tous les secteurs, d’autant plus que les marchandises de toutes sortes ont été importées à un taux de change qui variait entre 18 000 et 19 000 LL. La question qui se pose: les prix vont-ils baisser et quel sera son impact sur le marché local, les investisseurs et les commerçants?

Le gouvernement dont la formation a coïncidé avec la décision de lever tous les subventions prises du trésor et dont le régime syrien bénéficie de la moitié de sa valeur, a fait diminué le taux de change du dollar.Cela incitera un grand nombre de citoyens à le vendre pour réduire leurs pertes.Ses résultats se répercuteront positivement sur la Banque centrale, qui rétablira sa subvention sur une longue période et maintiendra la réserve obligatoire dont elle a peut-être dépensé une partie.

Une source bien informée a confirmé à « Sawt Beirut International » que la baisse du taux de change du dollar ne dépassera pas le seuil des 14 000 pour une période de temps spécifique, et qu’elle pourrait être « rapide ».Cela sera dû aux évaluations des citoyens et à leur confiance dans ce que le nouveau gouvernement peut effectuer.Et le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, pourrait recourir à la demande aux vendeurs de payer leurs cotisations en livres libanaises pour contribuer à faire baisser le prix du dollar, qu’il veut restaurer à bas prix.

Il faut souligner que ce gouvernement restera restreint dans ses décisions, même s’il comporte des noms connus par leurs compétences.Et cela car le Fonds monétaire international a imposé certaines conditions et elles contrediront la politique économique du Hezbollah, qu’il ne peut abandonner comme traversées maritimes, terrestres et aériennes qui lui permettent de contourner les sanctions imposées à certains de ses membres, institutions et entité. De même pour certains secteurs dont la gestion sera hors du contrôle de l’État, notamment le secteur cellulaire, qui comprend un nombre considérable d' »affiliés aux partis ».

La source ajoute qu’en un mois, la Banque du Liban a payé 820 millions de dollars, ce qui équivaut au montant que le FMI fournira au Liban pendant un an.

L’expert financier et économique, Abdallah Khazaal, a déclaré qu’après la formation du gouvernement, les citoyens se précipiteront pour vendre les dollars dont ils disposent en raison que c’est un bon début, mais la question qui se pose en réalité est qu’ à quel niveau le taux de change du dollar va baisser.

Khazaal confirme que les marges ne sont pas importantes quant à la diminution du taux de change du dollar environ 14000 mille à court terme,soulignant que la dévaluation du dollar nécessite des mesures et des réformes radicales.La plus importante est la négociation avec le Fonds monétaire international, qui a identifié de nombreuses demandes pour s’asseoir avec les ministres du gouvernement pour débloquer les montants qu’il avait promis.Et aussi résoudre le problème des déposants en mettant en place des « haircuts » sur leur argent, en plus de réduire la valeur de la dette libanaise à moins de 100% du PIB.C’est un pas que ce gouvernement n’osera pas le faire.

Quant au secteur de l’électricité,pour résoudre ses énormes problèmes et le privatiser à la lumière de la domination de certaines parties les intérêts entrent en conflit avec cette proposition et cela s’applique au port, à l’aéroport, au secteur des télécommunications et à Internet.

Concernant le prix du dollar on s’attend à ce qu’il n’y ait pas de baisse significative et si cela se produit, ce sera pour une période de temps spécifique et dans certaines limites, ne dépassant pas 17 000, pour remonter à nouveau lorsqu’il apparaît que le le gouvernement n’a rien fait.Il se limitera à faire passer certaines lois, dont la loi électorale, et il est possible que ce gouvernement démissionne à cause de la rue avant qu’aucun objectif soit atteint.

Il faut noter qu’il existe d’autres conditions liées aux banques parmi les conditions du Fonds monétaire international, la fusion de certaines banques et la fermeture d’autres, en plus de la question de l’audit juricomptable, et cette question ne sera pas facile car c’est devenu claire que de nombreuses parties sont impliquées.

En conclusion, Khazaal estime que l’application des conditions du Fonds monétaire international est impossible et qu’il est difficile pour ce gouvernement de les mettre en œuvre.