SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 13 August 2022, Saturday |

Le pain…Un voyage de files d’attente d’humiliation et de monopole !

Entre les propos du ministre de l’économie sur le blé sécurisé en grande quantité, le monopole des marchands et la contrebande de blé hors des frontières par les points de passage du Hezbollah, la crise du pain au Liban est-elle le précurseur de l’autorité qui est aux ordres du Hezbollah pour que le citoyen acquiesce et accepte le fait accompli ?

La crise du pain au Liban s’est aggravée et les files d’attente se sont multipliées devant les boulangeries qui en donnent peu, sur fond d’accusations entre les boulangeries et le ministère de l’économie.

La crise du pain, comme d’autres crises qui ont successivement affecté les citoyens, telles que l’essence, les médicaments, et autres, dont souffre le citoyen libanais, est causée par l’absence de l’Etat, la corruption des fonctionnaires et le contrôle de la milice du Hezbollah sur le pays, et la semi-rupture qui en résulte avec l’environnement arabe et les pays qui ont soutenu le Liban.

Il convient de mentionner que les opérations de contrebande du Liban vers la Syrie passent par des points de passage légaux et illégaux, les deux étant sous le commandement du Hezbollah. Il est le seul acteur responsable de ce que le pays a atteint, et la farine à l’intérieur est devenue un objet de vente au marché noir ou de contrebande vers la Syrie sous le commandement de la milice du Hezbollah.

Le secteur du blé est soumis au favoritisme partisan et sectaire comme tous les autres secteurs, et le ministère de l’économie a une grande responsabilité dans l’élimination du marché noir du pain, car il en connaît les propriétaires, et il est exigé de faire des descentes avec l’appui des forces de sécurité des entrepôts et d’obliger les importateurs et les commerçants à livrer la farine aux boulangeries, avant de recourir à la justice en raison des risques d’ingérence politique, et les forces de la sûreté générale doivent surveiller les fuites aux frontières dont parlait le ministre de l’économie.

La situation actuelle est très mauvaise, et le citoyen baigne dans les crises et il n’y a pas de solutions radicales ou même sérieuses, alors que la scène des Libanais qui se précipitent dans les boulangeries pour acheter du pain continue, attendant dans des files d’attente d’humiliation, et le chef de la milice du Hezbollah est occupé à menacer les autres, tandis que le peuple cherche à obtenir son gagne pain quotidien.

    la source :
  • Sawt Beirut International