SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Le père de tous… et le peuple est devenu orphelin

Six ans de destruction et d’effondrement se sont ajoutés à son histoire honteuse.

Il a remporté la présidence et a perdu le titre de luxe et a construit sa fausse gloire sur l’exclusivité des armes, et bientôt il a légiféré l’arme terroriste et l’a hypothéquée à l’État et à la légitimité et l’a distribuée à ses partisans pour déstabiliser la sécurité et la stabilité, donc son mensonge a été exposé.

C’est Michel Aoun.

L’histoire écrira, au temps de l’ère du « père » de tous, l’humiliation du Liban et de son peuple.

L’État libanais n’a jamais été dans son histoire aussi impuissant, usé, corrompu et défaillant qu’il l’a atteint à cette époque, et cela n’est pas surprenant tant que le chef de l’État a accepté le rôle de serviteur du projet de petit État en échange de une présence servile au pouvoir.

Le pays n’a pas non plus connu depuis cent ans pire que l’ère de Michel Aoun et de ses collaborateurs, qui ont été nommés ministres et sont entrés au Parlement pour légitimer sa présence politique sous le couvert du Hezbollah, qui a joué un rôle majeur dans la destruction du pays.

La pire chose qui soit arrivée à cette époque misérable est qu’Aoun n’a pas exercé le pouvoir en tant que président de la république, mais plutôt en tant qu’employé subalterne du Hezbollah au service de ses intérêts personnels, et qu’il n’a jamais prêté attention aux intérêts du Liban et les Libanais.

Personne ne peut nier qu’Aoun, qui est allié au Hezbollah, a largement couvert les politiques, les pratiques et les interventions régionales du parti partout, ce qui a affaibli et effondré le Liban.

Et Aoun n’avait plus qu’à détruire un jour les institutions de la République libanaise, les unes après les autres…

Les chrétiens sont expulsés de leur terre. L’économie, le tourisme, les services et le système bancaire ont été détruits au service direct de l’occupation iranienne, et la défaite de l’État aux mains de la défunte ère Aounite restera une honte pour Aoun et son gendre pendant des générations. .

Entre l’obstruction de l’enquête sur le dossier de l’explosion du port, le refus de statuer sur les formations judiciaires, le manque des minima de nécessité, l’entrée du pays dans l’obscurité totale, l’effondrement de la valeur de la livre libanaise, et avec elle l’effondrement de la valeur de l’être humain.

Décupler les impôts, ainsi que le déplacement des jeunes et l’affaiblissement des institutions officielles, a été l’une des réalisations les plus marquantes de ce pacte, sans oublier que Son Excellence est entrée avec un mot d’ordre pour demander des comptes au système alors qu’il était possible de partager le vol avec le système et tenir les gens responsables.

Et l’ère corrompue continue de persister dans sa tyrannie et sa bravade, car honorer l’ambassadeur du régime syrien au Liban est une honte dans laquelle Michel Aoun a mis fin à son règne avec un revers moral, en plus d’une série de revers qui ont fait du Liban et du Les Libanais sont sous la diaspora de Wilayat al-Faqih.

Certes, le 31 octobre ne sera pas un jour ordinaire, mais plutôt un jour fatidique où le cauchemar commence à disparaître de la poitrine du Liban et le départ de sa malédiction du palais vers l’isolement éternel.Sur l’impact d’un effondrement financier et économique et crises vivantes et sociales qui ont épuisé les Libanais.

« Oh, allez, réduisez les choses laides et rappelez-vous ce que vous répétez. »

    la source :
  • Sawt Beirut International