SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 May 2022, Sunday |

Le père de tous… La culture du « silence »

Entre 2005 et 2022, 17 ans de drames, comme si le peuple libanais doit vivre les catastrophes de l’histoire du « Général de la Honte ». Tout ça pour l’obsession d’être président sur une « chaise ».

Oui, c’est le « père de tous », c’est le « Général » Aoun. C’est lui qui a réalisé son rêve présidentiel selon un règlement qui a eu des conséquences sur l’âme d’un pays qui respire comme un cadavre.

« Si vous voulez que je parle taisez vous »
Par cette phrase, le « Père de tous » a ouvert son discours dans la salle générale des journalistes du ministère des Affaires étrangères et des Émigrés, demandant à l’auditoire de se taire pour parler. Comme si son époque noire manquait plus de « répression » et de « silence ». Oui, le pays s’est complètement effondré, toutes les fondations sur lesquelles il a été fondé depuis avant l’indépendance en 1943 se sont effondrées.

« Ceux qui ne sont dégoûtés de la situation doivent émigrer », « Taisez vous je veuz parler », et « N’atteigne pas ma ceinture » sont les citations d’Aoun qui resteront gravées dans l’histoire libanaise.Cependant, sa seule préoccupation était de satisfaire ses ambitions et son obsession du pouvoir, quel que soit le prix que nous payons en tant que Libanais.

« La plus grande erreur a été l’accession d’Aoun à la présidence. »

Certes, personne ne peut nier qu’Aoun, qui est allié au Hezbollah, a couvert partout les politiques, les pratiques et les interventions régionales du parti.

Au cours de son histoire et en cent ans, le Liban n’a pas connu pire que le mandat de Michel Aoun et de ses collaborateurs, qui ont été nommés ministres et sont entrés au Parlement pour légitimer leur présence politique sous la couverture du Hezbollah, qui a joué un rôle majeur dans la déstruction du pays.

La crise du pays tourne autour d’une arme qui jouit d’une autorité légitime au parlement, qui opère à l’intérieur et à l’extérieur de l’État sans lui rendre de comptes, a mis les Libanais en faillite et fait entrer aujourd’hui l’État dans des conflits régionaux.

Celui qui a demandé au peuple de se taire toutes ces années et qui se considérait comme « le père de tous » a transformé le Liban en une ferme iranienne dans son partenariat avec le Hezbollah, et le pays s’est effondré.

Entre le 7 mai 2005 et le 8 mai 2022, le silence a dominé la situation et le résumé du parcours de Michel Aoun. Mais excusez-moi, cette fois nous vous ferons tous taire et le monde entendra le bruit des urnes.

    la source :
  • Sawt Beirut International