SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Le plan de réforme… Ses articles « nous devons nous supporter les uns les autres » ?

Ce n’est pas la première fois que le Premier ministre Najib Mikati fait appel au peuple libanais, puisqu’il a utilisé l’expression « ensemble à le sauvetage » lors de la déclaration ministérielle, qui a éclaté deux mois après son approbation, en attendant le retour du « duo chiite » de leur boycott conditionnel avec le « retrait » du juge Tarek Bitar.

Selon une source spéciale de « Sawt Beirut International », le « duo chiite » est revenu aux réunions du cabinet avec une déclaration ministérielle, où des points ont été inclus et d’autres ont été annulés. Cette déclaration s’étendait aux dossiers qui garantissent leurs intérêts avec leurs alliés, notamment le « Courant patriotique libre », malgré quelques querelles. C’est le véritable marchandage qui a sauvé le gouvernement de Mikati de la chute.

Hier, le Premier ministre s’est adressé au peuple libanais en disant : « Nous devons nous supporter les uns les autres », comme pour suggérer que son gouvernement a élaboré un « plan d’or » qui exige des sacrifices de la part du peuple libanais pour pouvoir mettre en œuvre ce plan de réforme. Alors que les dossiers qui sont présentés au Conseil des ministres passent derrière lui sans qu’il puisse s’y opposer, de peur que l’on revienne en arrière et que les séances soient à nouveau suspendues, alors que c’est lui qui a promis à la communauté internationale d’appliquer les dispositions de réforme imposées par le FMI pour aider le Liban.

Et la source a poursuivi : En fait, le gouvernement se réunit et discute du budget, mais en parallèle, des articles sont adoptés qui sont dans l’intérêt des partis qui veulent limiter leurs pertes lors des prochaines élections parlementaires, notamment les nominations qui leur permettent d’avoir un contrôle total sur les capacités de l’État et ses articulations, tandis que Mikati a essayé avec sa mini-équipe de mettre en évidence certaines des réalisations dans lesquelles il apparaît devant la communauté internationale et arabe, comme s’il avait la capacité de contrôler et de gouverner en dénonçant toutes les positions qui offensent ces pays ou en termes de contrôle de certains envois de « Captagon ». Sachant qu’il ne peut pas rétablir la « chaleur » de la relation avec les États arabes du Golfe qui ont embrassé le Liban et son peuple et reste à un moment où le « Hezbollah » continue à diriger des flèches vers ces pays et à l’intérieur du Liban, en particulier vers l’armée libanaise et son chef, le général Joseph Aoun,et considérant que leur décision n’est pas indépendante à un moment où il loue le régime iranien, qu’il considère comme le seul pays qui a la pleine souveraineté sur son terre, et il a oublié que l’Iran est sorti de ses frontières géographiques avec une armée et du matériel et a pénétré la souveraineté de nombreux pays, à commencer par l’Irak, et les visites répétées du commandant des « Gardiens de la révolution iranienne » Ismail Qaani après la défaite électorale de leur axe pour tenter de faire pression en vue de maintenir son autorité dans l’arène irakienne.

Quant au Liban, le « Hezbollah » possède les clés du jeu, et personne ne peut les récupérer car ils sont protégés par une « couverture » chrétienne sécurisée par le « Courant patriotique libre », et Mikati les traitent avec une certaine préoccupation par crainte de la chute du gouvernement, et cela nous amène à une seule et unique conclusion : les mesures visant à réaliser les réformes seront annulées sur la place de Nejmeh pour des calculs purement électoraux.

    la source :
  • Sawt Beirut International