SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

Le Royaume a rétabli les relations avec le Liban en tant que peuple

Celui qui croit que les pays arabes et du Golfe, notamment l’Arabie saoudite, laisseront le Liban et son peuple aux « corbeaux » pour dévorer ce qui reste d’un pays qui fut un phare vers l’Est, se trompe, selon une source de « Sawt Beirut International ».

Le retour de l’ambassadeur saoudien, Walid Al-Boukhari, au Liban, qui a instauré le retour de nombreux ambassadeurs, selon la source, a eu un impact sur la rue libanaise et ne peut être considéré comme une confrontation avec « l’axe iranien ».De plus, le Royaume n’a pas coupé les relations diplomatiques avec le Liban, mais a plutôt convoqué son ambassadeur, et cette affaire a été clairement expliquée par son ambassadeur.

Quant aux positions et aux visites de l’ambassadeur Al-Boukhari, sa rencontre avec le président Michel Aoun au palais de Baabda était dans le cadre diplomatique sachant qu’elle n’a pas dépassé les 15 minutes. L’ambassadeur a exprimé de manière décisive que le Royaume « avait rétabli les relations avec le Liban en tant que peuple ».

Le communiqué du bloc « Liban fort » considérait que les scènes de rassemblement du système politique au pouvoir au Liban aux tables des ambassades « nous rappelle l’époque d’Anjar », alors que le bloc a oublié les iftar de directives du chef du bloc, le ministre Gebran Bassil et le fait de ne pas prendre une position claire sur l’attentat des Houthis qui visait les installations d’« Aramco ».

La source a ajouté que les appels lancés par le Premier ministre Najib Mikati pour que les pays arabes reviennent au Liban et les garanties qu’il avait promises en termes de ne pas permettre l’ingérence dans les affaires des pays arabes n’étaient pas le seul motif unique. La France a eu le plus grand rôle dans la fourniture de garanties parce que tout le monde se rend compte que le bombardement systématique des Houthis est iranien, et il est entré dans la ligne de traitement parce que Téhéran rassure le mouvement français et le considère comme un « ami », notamment lors des difficiles négociations sur le nucléaire à Genève. Cela s’est vu dans les discours des représentants du Hezbollah, et le président français Emmanuel Macron n’a pas exclu ce dernier lors de sa visite au Liban, car il est bien conscient que ce qui est décidé à Téhéran doit se refléter dans les arènes qu’il contrôle, notamment au Liban.La France s’efforce également de ramener le calme au Liban en réglant les relations irano-saoudiennes, et elle aspire à reconstruire le Liban et la Syrie avec des projets géants.

Quant au mouvement diplomatique d’Al-Boukhari, il est clair en termes de type de personnes qui ont été invitées aux tables d’Iftar. Et les deux visites effectuées par l’ambassadeur saoudien à l’édifice patriarcal de Bkerké et Dar Al-Fatwa sont également symboliques, étant donné que le mufti Abdel Latif Daryan et le patriarche Mar Bechara Boutros al-Rahi forment les piliers de la bataille pour sortir le Liban de l’axe de l’Iran.

    la source :
  • Sawt Beirut International