SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

L’engagement de respecter les termes du document koweïtien n’est pas sélectif

Au moment où le patriarche maronite Mar Bechara Boutros Al-Rahi déploie tout son pouvoir pour neutraliser le Liban des conflits des grands blocs et ne pas faire du Liban une boîte aux lettres pour l’Iran, qui s’est emparé de sa carte par le biais du « Hezbollah », qui à son tour a pu contrôler les articulations décisionnelles au sein de l’autorité, faisant du Liban un otage qui ne sera libéré que lorsque les rêves de la République islamique d’Iran de déstabiliser la sécurité et la stabilité des Etats arabes du Golfe seront réalisés, par la participation directe de sa milice militaire dans ces pays, et bien sûr, le Liban restera l’arène de la confrontation majeure où le « Hezbollah » a la plus grande liberté de mouvement grâce à la protection de celui qui se considère comme le protecteur des droits des chrétiens et le premier combattant de la corruption, le « Courant patriotique libre », selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

Et la source de poursuivre, le président de la République, le général Michel Aoun, ne cesse de répéter sa recherche de prendre des mesures pour demander des comptes à tous ceux qui ont contribué à la crise financière au Liban, comme si l’effondrement économique n’était pas partagé par l’ensemble du système au pouvair. La principale raison de cette crise reste le « Hezbollah », qui a mis le Liban et son peuple face à son environnement arabe au moment où le Premier ministre Najib Mikati fait des déclarations pour sympathiser avec les pays arabes, en annonçant dans des déclarations répétées l’engagement de son gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour renforcer la coopération avec le Royaume d’Arabie Saoudite et les pays du Conseil de coopération du Golfe et à cesser toute activité politique, militaire, sécuritaire et médiatique qui porte atteinte à leur souveraineté.

Cette question n’a pas été réalisée et ne semble pas être sur la voie de la mise en œuvre, d’autant plus que l’engagement à respecter les termes du document koweïtien n’est pas sélectif et ne peut pas signifier uniquement la prévention de l’exportation de produits de contrebande. Le contenu le plus important des articles portés par le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Cheikh Ahmad Nasser Al-Mohammed Al-Sabah, au Liban est la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, notamment la 1559 et la limitation des armes aux institutions légitimes de l’État, mais la réponse de l’Etat libanais a été claire lorsque le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdullah Bou Habib, a remis la réponse du Liban à l’initiative couplée à sa déclaration selon laquelle sa visite au Koweït visait le dialogue et non la fin de l’existence du « Hezbollah » ou la remise de ses armes.

La source conclut que le Liban se trouvera dans une phase financière critique avec la forte division à l’égard de ce qui se passe aux niveaux bancaire et judiciaire, qui menace un effondrement complet en raison de l’absence d’alternatives et de plans unifiés après avoir vidé le trésor public en faveur d’un soutien aléatoire et d’une contrebande organisée hors des frontières, et le slogan de la restauration des dépôts est devenu le slogan le plus en vue pour gagner la sympathie des électeurs.

    la source :
  • Sawt Beirut International