SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Les agents de mon pays ont peur du mot libre qui n’est pas soumis à leur politique infernale et leurs missiles pourris

Un an après l’assassinat de l’écrivain et militant Lokman Slim dans la région du Sud sous la tutelle de l’État du Hezbollah, et jusqu’à aujourd’hui l’auteur n’est pas connu, combien de temps les milices d’armes continueront-elles à assassiner des voix libres, à contrôler les agences impliquées dans les enquêtes et le pouvoir judiciaire ?

Nous ne nous laisserons pas intimider par votre terrorisme et ne nous ferons pas reculer car notre projet est un projet de liberté et de dignité alors que votre projet est un projet d’humiliation et de criminalité. La vérité est claire . Celui qui est responsable de l’explosion du port de Beyrouth est le même qui a assassiné le martyr Lokman Slim, mais nous vivons dans une forêt où la justice ne peut être obtenue si les chiens sont derrière le crime.

« Depuis un an, la justice n’a pas encore pris une décision et même le téléphone du défunt n’a pas été remis à la justice. »

Comment pouvons-nous coexister et nous habituer à qui fait taire les voix de l’opposition ? Comment pouvons-nous être soumis devant ceux qui ont fait taire leurs voix et fait taire les intellectuels ? Comment leur pardonner quand ils savent et répètent ce qu’ils font ? Ils
sont habitués à construire leurs gloires sur les corps de nos martyrs.

Une forme de terrorisme pratiquée par le Hezbollah, ils ne connaissent pas de « langage » autre que le langage des assassinats, quiconque s’oppose à leur projet persan, qui n’a rien à voir avec le Liban et ne ressemble pas à son identité nationale « libre » et « démocratique », est soit un agent des « ambassades », soit assassiné .

Ils veulent que notre pays soit gouverné et nous insistons pour établir un état de vérité, de droit, de justice, d’ouverture et d’acceptation de l’autre, nous écrirons sur les assassinats, la répression, les criminels et les dictateurs tout comme Lokman Slim l’a fait contre le cycle de la violence et de l’impunité, avec la science, la liberté et les faits sans crainte, nos « voix resteront plus élevées que leurs silences » qui sont tués en secret et méfiants à l’égard de la vérité et de la liberté.

    la source :
  • Sawt Beirut International