SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Les députés du changement…Naissance d’une souris

Ils brandissent des slogans de « confrontation au pouvoir » mais refusent toute coordination avec les forces qui s’expriment depuis des décennies pour affronter directement l’équipage corrompu, et ont dévié du rôle qu’ils sont censés jouer et ne sont plus un tournant dans la politique du Conseil. Ils sont vides de toute conscience politique et changent de contenu. Et ils ne sont rien d’autre qu’une paralysie des adolescents en politique, alors le mirage des deux changements a-t-il disparu dans la perte de leur boussole ?

Le moins que l’on puisse dire sur les pratiques des députés de la « révolution » est qu’elles sont loin de la conscience politique, et tombent dans la catégorie des pratiques « puériles » sans vision ni but clair, le changement n’est en fait pas par des mots, il ne réside pas dans le lancement de slogans métaphoriques ou la prise de positions de principe par la force pour tout le monde, et à ce jour leur approche du travail politique et législatif ne suggère pas un changement de modèle mais plutôt une tentative de suivre le rythme du modèle existant, comme en témoigne leur insistance à faire des compréhensions et des initiatives et à tourner les coins avec tous les coins du système sans exception.

Le niveau d’ignorance politique de ces personnes à l’approche d’un mérite aussi crucial, qui déciderait de l’avenir du pays, s’est reflété dans le comportement des députés du changement lors de la session de l’élection du Président de la République, et la performance désastreuse de l’impact de celui-ci par eux augmente la déception des Libanais, d’autant plus que leur révolution, qui a été représentée par le soulèvement contre le pouvoir, aspirait à renverser ce dernier et que le peuple affligé n’a pas attendu une nouvelle inaction et un recul de ceux qui les ont assurés pour leur avenir.

Avec ce système, parler est inutile, la leçon est dans la mise en œuvre, et le changement est en travaillant à faire une différence tangible, et atteindre un résultat sensoriel dans la réalité politique, traduit dans la vie quotidienne du citoyen, et la solution se cristallise en traçant la ligne de division ailleurs, loin du droit présidentiel, surtout avec la présence de la milice qui veut venir avec un président qui prend en compte ses intérêts, et le plus utile à ce stade est de contourner toutes les forces opposées au Hezbollah, qu’elles soient changeurs et souverains. Au lieu d’augmenter les divisions et de repartir de zéro.

Enfin, aux députés de la révolution, nous disons : « Souvenez-vous du 17 octobre. Que la mémoire fonctionne », la dernière chance pour vous de prouver que vous êtes bien des « changeurs » est terminée, « donnant espoir et opportunité, même une fois, au peuple libanais, qui aspire aujourd’hui à vivre dans la dignité, la liberté, et la bataille présidentielle est le plus grand test de votre carrière parlementaire, et puis on est honoré ou humilié.