SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 September 2021, Saturday |

Les développements arabes dépassent largement l’agenda de la Ligue des États arabes

Demain jeudi, la 156e session de la Ligue des États arabes se tiendra au Caire. Les ministres arabes des affaires étrangères y participeront pour discuter un programme de sept points, notamment politiques, économiques et administratifs, qui concernent tous les crises auxquelles sont confrontés les pays arabes.

Mais ce que les sources diplomatiques arabes notent, c’est que les développements politiques qui ont lieu au niveau arabe, et dans le domaine des relations arabo-internationales, dépassent largement l’agenda de la Ligue et les points qui lui sont présentés : en effet, tout ce qui se passe n’est pas discuté dans le cadre de la Ligue, surtout s’il s’agit de sujets sensibles ou controversés. La Ligue reste consacrée à des sujets qui font souvent l’objet d’un large consensus arabe.
Le Liban soumet à la Ligue un projet de résolution demandant à la Ligue de le soutenir dans ses efforts pour former un gouvernement.

Le Liban relève également dans son projet le rythme de la condamnation des attaques israéliennes. Surtout à la lumière du passage des avions qui ont bombardé Damas au-dessus du territoire libanais. Le projet condamne les violations israéliennes de la résolution 1701. Parce qu’en raison de la situation gouvernementale et de la division existante, le Liban rate les opportunités politiques qui s’offrent à lui, il est nécessaire de travailler pour arranger sa situation vis-à-vis de l’extérieur et profiter de l’atmosphère de rapprochement et d’ouverture qui s’est installée, pour renforcer son autorité sur ses terres, former un gouvernement de réforme, et chercher à recevoir le soutien international qui lui est alloué. En raison de ce manque d’équilibre, il rate une opportunité après l’autre, et ne joue pas un rôle pour encourager le dialogue et la convergence entre les Arabes, comme l’Irak s’efforce actuellement de le faire.

Notant que l’Irak s’efforce de passer d’une arène de conflit à une arène de dialogue entre les parties, et que c’est le projet du président Al-Kazemi lui-même. Quant à son succès, c’est une autre affaire. Mais le sommet irakien, malgré l’absence de certains de ses piliers, constitue une étape préliminaire à une rencontre beaucoup plus importante, qui pourrait passer par la tenue d’un sommet auquel participeront ultérieurement tous les pays concernés.

Le Liban va remercier les efforts de tous les pays arabes concernés pour l’aider à sécuriser le gaz égyptien et l’électricité jordanienne. Cependant, les sources considèrent que la mise en œuvre sera confrontée à de nombreux obstacles et le succès du projet se manifeste par le sérieux des pays dans la protection de la sécurité de l’approvisionnement, et cela se manifeste par l’absence de bombardements. Il faut signaler que ce trajet a été soumis à des bombardements au cours des dernières années.

Au programme de la Ligue, il y a d’abord un point relatif à l’action arabe commune, puis un deuxième sur la question palestinienne et le conflit israélo-arabe. Et le troisième point concerne les affaires arabes et la sécurité nationale, qui comprend la solidarité avec la République libanaise. Et l’évolution de la situation en Syrie, en Libye, au Yémen et autres. Et au niveau du quatrième point il y a les affaires politiques internationales, dont le plus important est : L’ingérence iranienne dans les affaires intérieures des pays arabes, et les dangers des armements israéliens sur la sécurité nationale. Ceci s’ajoute aux points relatifs aux affaires sociales, aux droits de l’homme, aux affaires juridiques, administratives et financières.