SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 October 2022, Sunday |

Les feux de l’enfer dévorent ce qui reste de la république

Le mandat du président Michel Aoun touche à sa fin, et bien que les jours se bousculent pour arriver à la fin du mois d’octobre prochain, l’enfer qui nous a été promis par le « président fort » a dépassé son tourment mentionné dans les livres célestes, qui est entré par ceux qui ont commis des péchés et des péchés et qui ont conduit le peuple libanais avec son écrasante majorité à entrer en enfer comme une rédemption pour les dirigeants dont les plus grands rêves sont de rester dans le paradis du pouvoir, selon la description d’une source suivant le cours du mandat du président Aoun.

Il semble que les jours restants de cet état deviendront plus durs après que nous soyons dans la gendarmerie inférieure du paradis de l’alliance et il semble que ce qui reste du calendrier de l’alliance témoignera de l’effondrement complet de ce qui reste d’un État qui est devenu comme une structure vide, mais ceux à qui l’agence a été donnée pour réparer ce qui a été corrompu au cours des années précédentes sont montés dans le train lui-même et ont achevé la route à une vitesse record et ont augmenté le niveau de corruption et les slogans de la combattre et de tenir les corrompus responsables pendant les réalisations et les projets réalisés au cours des 6 années et que Le gendre du Pacte, l’ancien ministre Gebran Bassil, s’en est vanté, le Trésor, la Banque du Liban et sa gouvernance, qui est emportée par le vent de la responsabilité selon les intérêts, et quand la concurrence pour les postes et les quotas s’intensifie, une période fait rage où la demande de destitution du souverain fait rage et la juge Aoun quitte son poste pour exercer ses fonctions directement sur le terrain, mais elle revient souvent les mains vides, où est-elle aujourd’hui de ce qui se passe sur le plan bancaire, dont le Liban s’est vanté dans son environnement ?!

La source estime que la positivité qui ressort de temps en temps de la naissance imminente du gouvernement, même s’il voit le jour, ne pourra pas sortir le Liban de la noyade parce que ce qui a été corrompu par l’éternité ne peut être réparé .

Le Liban est aujourd’hui laissé à son sort après que la crise financière a épuisé son peuple qui est à bout de souffle derrière ses moyens de subsistance et ses médicaments, et qui a promis des réformes, du changement et du gaz, est devenu un sujet de conflit qui utilise sa carte pour les ambitions et les plans de Téhéran dans la région et ne les abandonnera pas, les coups qu’il reçoit des avions de guerre israéliens dans ses bastions sur la scène syrienne et les lourdes pertes équivalentes à des milliards de dollars ne seront pas dissuasifs pour son projet expansionniste alors que le Liban paie le prix de l’association du Hezbollah dans le conflit iranien avec l’Occident en participant Le militarisme direct en Syrie et dans d’autres pays ou par le troc avec les Libanais aspirant à rester au pouvoir n’ont aucune autorité sur leurs décisions.

La source conclut en soulignant que les prochains jours, qui ne dépassent pas quarante jours, constitueront une étape importante devant ceux choisis par le peuple libanais lors des récentes élections législatives et que le pari sur eux sera grand s’ils peuvent unir leurs rangs face à ceux qui tentent de s’emparer de la souveraineté libanaise et de la contrôler géographiquement et politiquement et de changer son identité, comme cela se passe en Syrie, alors la république peut être restaurée….

    la source :
  • Sawt Beirut International