SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Les gouvernements de l’ère d’Aoun sont stupéfaits par le ministère d’énergie…Sans énergie!

Le rideau a été levé sur la voie platine dans laquelle le « Mouvement patriotique libre » joue le rôle de s’abstenir des ministères. Les propos d’un membre du député du « Bloc du Liban fort » Asaad Dergham, dans lesquels il a appelé le mouvement à se débarrasser du ministère de l’Énergie, qui a fait tourner son sac « Orange » de la tête du mouvement L’ancien ministre Gebran Bassil et ses héritiers des conseillers, jusqu’à ce qu’il atteigne ce qu’il est aujourd’hui, afin qu’il soit approprié pour appeler cela un ministère sans énergie, auquel Basile tient encore jusqu’au dernier lampadaire, même s’il rend son dernier souffle, selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

La source ajoute que le chemin de la formation des gouvernements sous l’ère du président Michel Aoun est toujours soumis aux chocs du ministère de l’Énergie au cours de la formation des gouvernements sous l’ère du président Michel Aoun, qui se poursuit encore même avec la réaffectation du président Najib Mikati, qui a présenté sa formation en un temps record au président Aoun, mais les fantômes ont fait fuiter certains noms, alors les données se sont précipitées entre Baabda et le Sérail pour répudier cette fuite.

 

Mais il est certain que la formation n’a pas eu l’honneur de signer la première présidence, et que les souhaits et revendications du chef du Mouvement national sont devenus une évidence.

Si le Premier ministre Mikati n’est pas nommé à la tête du gouvernement, il est sûr que l’approbation d’Al-Bayada est ce qui mettra la formation au jour, même s’il ne la divulgue pas publiquement, car il sait avec certitude que ses souhaits ministériels sont assumés par les conseillers du palais et qu’ils doivent y être prépondérants , après que le temps a commencé à envahir le cours de l’ère présidentielle et son actualité, et il ne peut quitter les cercles décisionnels avec le départ du Président à Baabda début novembre, d’autant plus que les pertes qu’il a subies ont doublé lors de la dernière législature élections, car il a perdu ses muscles en tant que représentant des chrétiens et n’a plus un pied à travers lequel il peut établir un leadership qui s’est érodé au niveau du foyer chrétien et au sein du reste des sectes et des sectes.

Quant à la grande perte, elle se situe au niveau de son alliance avec le « Hezbollah » après qu’il a perdu le statut d’allié et que sa position est devenue aux premiers rangs aux côtés des personnalités qui font de l’ombre au parti de différentes sectes et sectes, et les orphelins des partis d’opposition qui attendent ce qui sera décidé par Haret Hreik, qui adopte une politique de positions soigneusement sélectionnées et succinctes à la lumière des changements régionaux et internationaux, le mouvement arabe, qui a remis de la chaleur dans les relations entre certains pays arabes.

Et la visite du président américain Joe Biden au Moyen-Orient, qui indique que nous sommes au seuil de changements radicaux, après que les Européens se sont lassés d’attendre des alternatives au gaz russe tout en élevant le taux de production des pays amis au plus haut niveau, mais il est certain que les choses commencent à se réchauffer à l’intérieur du Liban car un effondrement complet est imminent.