SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Les mercenaires iraniens donnent une conférence sur la chasteté

Lorsque la résistance devient un outil transfrontalier et un outil de répression des peuples et des révoltés contre la corruption, elle se transforme en une milice qui occupe la souveraineté du pays.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, est apparu aux Libanais lundi soir dernier, parlant de ses victoires et de son parti faible, menaçant, comme d’habitude, l’Amérique et Israël, et flattant à son tour ses maîtres persans, et il a parlé un peu de la situation libanaise .

Mais ce qui est nouveau cette fois, c’est que la situation s’est envenimée au point de déclarer la bataille contre l’armée libanaise, pour que l’on puisse assimiler l’occupation américaine à l’Iran et convaincre les esprits que quiconque réclame l’autorité et la souveraineté de l’État est qualifié en tant qu’agent.

Quiconque demande que les armes soient confinées à l’armée est qualifié de traître, bloquant la voie à toute solution arabe pour le Liban.

Vous devez savoir que tout ce que le parti « Wilayat al-Faqih » a fait depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, selon le secrétaire général de son parti, est dans l’intérêt du Liban, mais la vérité est que ce n’est que dans le l’intérêt de l’État du Hezbollah.

Tous les désastres, l’isolement et l’intimidation qu’ils ont infligés au Liban, et il n’y a pas de solution sauf en coupant le terrorisme de la milice iranienne, car il n’y a pas d’État avec des armes illégales.

Nasrallah attaque l’armée, dans le but de faciliter la mission de l’Iran dans les négociations et de rassurer Israël.

La vérité est que le gouvernement ne se réunit que si le Wali al-Faqih le veut, sans compter que le Président de la République ne fait rien sans l’accord de ce dernier.Quant au Parlement, il est entre les mains de ses deux alliés, et donc le Liban est complètement dans l’axe iranien, et il n’y a aucun espoir de renouveau de l’Etat, sous quelque forme que ce soit.

1500 milles entre le Liban et le Yémen n’ont pas fait obstacle à la milice du serviteur du terrorisme, Hassan Nasrallah, dans le silence du gouvernement de Beyrouth, contrôlé par son parti, et ce dernier nous est sorti sous le manteau de un prédicateur honnête avec sa main dégoulinant de sang.

Il parle de résistance et de souveraineté, oubliant qu’il est le « premier occupant » du peuple libanais en général, et que lui et son parti ont détruit le Liban, et que c’est lui qui veut étendre l’influence iranienne.

Après le dernier discours de Nasrallah, le Hezbollah a ouvertement contesté la création de l’État et bloqué l’initiative koweïtienne pour résoudre la crise libano-golfe, la qualifiant de « dictées ».

Mais il a ignoré la « dictée » de l’Iran et de ses dirigeants, qui ont pris le Liban et son peuple en otage, comme monnaie d’échange dans ses négociations sur le développement de ses armes nucléaires et son projet expansionniste dans le pays, la Syrie, le Yémen et l’Irak.

Ainsi, l’engagement sur la voie de la réforme politique, économique et financière, l’adoption d’une politique de dissociation, le respect de la souveraineté des pays arabes et du Golfe et l’arrêt de l’ingérence politique et militaire dans les pays voisins pour servir la révolution khomeiniste sont inexistants.

Enfin, la meilleure réponse à « l’insolence des mollahs iraniens » est de traiter ses lâches et ses gangs au Yémen, au Liban, en Syrie et en Irak comme des terroristes.

En plus de travailler pour les couper par tous les moyens, en plus de ne pas être indulgents ou d’essayer de les traiter diplomatiquement, ces gens ne comprennent que le langage de la force et du meurtre, c’est ainsi que le groupe des mollahs est, des « barbares ».

    la source :
  • Sawt Beirut International