SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Les républicains obtiendront la majorité au Congrès américain et l’administration poursuivra sa politique étrangère

Avec le début dans moins d’une semaine du compte à rebours des élections de mi-mandat au Congrès américain, l’attention se tourne vers leurs répercussions sur la politique étrangère américaine, et sur l’intérieur des États-Unis, où les déficits de performance du parti démocrate au pouvoir sont nombreux, et avec eux les signes d’insatisfaction sociale par rapport à ce qui a été réalisé pour la population et l’économie jusqu’à présent, et les signes d’insatisfaction par rapport au cours politique de l’administration.

Ce qui importe pour le Liban et la région, c’est la politique étrangère des États-Unis, selon des sources diplomatiques occidentales, et la manière dont elle sera affectée, compte tenu des attentes et de l’atmosphère à la veille des élections, selon lesquelles le Parti républicain remportera la majorité des sièges au Congrès, notamment au Parlement.

Les sources considèrent à « Sawt Beirut International » que le médiateur américain sur la question de l’énergie, Amos Hochstein, devrait accélérer la recherche d’une solution à la question de l’approbation par le département du Trésor américain d’un projet de tirage d’énergie électrique d’Egypte et de gaz de Jordanie à travers la Syrie vers le Liban, et il a promis de terminer ce dossier dans les plus brefs délais. En effet, le contrôle du Parlement par les Républicains, en particulier, s’emploiera à faire obstacle à ce projet après qu’il ait été annoncé il y a un an et deux mois par la promesse faite par l’ambassadrice américaine, Dorothy Shea, depuis le podium de la présidence, et qu’elle ait ensuite parlé de son importance pour le Liban.

Il y a une clause dans l’accord entre le Liban et l’Egypte qui dit de payer en liquide à la Syrie. Ce point est censé être examiné. C’est l’un des points que le département du Trésor n’acceptera pas, car la condition de base est qu’aucun fonds ne soit transféré au régime syrien. Le Liban suit de près les autres détails fournis par le département du Trésor, et vérifie s’il y a des demandes supplémentaires ou non.

Par ailleurs, au Sénat, les républicains qui s’opposent à la manière de traiter avec l’Iran et ses alliés dans la région vont basculer le gouvernail. La différence réelle, selon les sources, avec l’administration précédente réside dans l’ouverture de l’administration actuelle à l’Iran et aux islamistes également, mais les sources confirment que quel que soit le résultat des élections de mi-mandat, la politique étrangère de l’administration restera la même, car c’est le président américain et son équipe qui élaborent la politique étrangère, indépendamment de ce que veut le Congrès.

Maintenant, tout est reporté à après les élections, que ce soit le projet de gaz et d’énergie pour le Liban, ou la reprise des négociations sur le programme nucléaire. L’administration s’est uniquement concentrée sur l’achèvement du dossier de la démarcation maritime entre le Liban et Israël avant les élections de mi-mandat afin d’éviter toute obstruction.

    la source :
  • Sawt Beirut International