SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Les scénarios de la « non tenue » des élections sont entrés dans la phase de préparation

Malgré les préparatifs faits par les partis et les courants de la société civile pour contester les élections législatives de mai prochain, le tableau général ressemble plus à un « Puzzle » auquel manque un certain nombre de pièces qui restaurent l’image de la République libanaise, qui était entrée dans le conflit des axes en faveur à l’axe de la République islamique d’Iran, après que la famille Assad et son régime ont vidé ses hommes, son peuple et son économie, selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

La source ajoute qu’à l’approche de l’échéance d’enregistrement des listes du 4 avril, la scène électorale est complète en termes d’alliances dont les résultats ne seront pas à la hauteur des attentes: c’est-à-dire du changement.

Même l’axe de l’opposition a formé ses listes avec le nombre de sièges qu’il occupait sur la place Nejmeh, et bien sûr le plus grand perdant sera le « Courant patriotique libre », dont le mouvement a essayé depuis qu’il s’est opposé à avancer la date des élections, dont le recours a échoué par grève du Conseil constitutionnel.

Outre les tentatives de limiter l’enregistrement des expatriés libanais, place au « Megacenter », qui a également échoué d’un coup fatal. Et quant à la question de lever la voile de « récupérer l’argent des déposants » pour restaurer la popularité, elle a été brisée du haut de la pyramide.

La source poursuit, que les scénarios de la non tenue des élections législatives sont entrés dans la phase de préparation, en attendant le moment de leur annonce, qui est disponible. Les réformes demandées par le Fonds monétaire international ne se sont pas matérialisées, et les fuites sur visite du diplomate français, le Coordonnateur Spécial de l’Aide Internationale au Liban, Pierre Dukan, confirment les informations qu’il les a modifiées, et elles indiquent une nette régression française.

La source souligne que plusieurs facteurs contribueront à ce report, notamment ceux liés à la préoccupation internationale concernant la guerre contre l’Ukraine et le dossier nucléaire iranien, qui malgré ce qui se dit sur les avantages en termes de suppression des « Gardiens de la révolution » des listes du terrorisme, mais les choses dépendent des résultats de la réunion quinquennale tenue par le secrétaire d’État américain Anthony Blinken en « Israël » à laquelle participent les Émirats, Bahreïn, l’Égypte, le Maroc, et c’est peut-être ce qui a incité le ministre iranien des Affaires étrangères de se rendre au Liban et de rencontrer les mouvements « Djihad islamique » et « Hamas », les bras militaires de Téhéran, et cette affaire soulève de nombreuses questions s’il y a des directives iraniennes La nécessité de se préparer à tous les scénarios, y compris la sécurité.

Sur le plan interne, les obstacles sont nombreux, dont les plus importants sont liés au corps diplomatique, au retrait des ambassadeurs et à l’incapacité de décider des formations diplomatiques, qui constitue un facteur perturbateur dans les élections des expatriés, alors que les fonds alloués car ces élections risquent de ne pas être disponibles après le chaos bancaire résultant des décisions du procureur d’appel de Jabal Liban, Ghada Aoun.

Ce qui aura le plus d’impact sur les dépenses électorales et les réticences d’un grand nombre d’électeurs car ils sont convaincus de l’inutilité de la participation car le changement ne peut avoir lieu dans des zones dominées par un parti qui possède une arme capable d’intimider les opposants à sa politique.

La source conclut en disant que l’insistance des responsables libanais à organiser les élections législatives et à ne pas les reporter reste des promesses de montrer leur capacité à s’engager auprès de la communauté internationale, mais ce que cette dernière exige ne peut être divisé car c’est un panier intégré que l’État n’a pas réussi à atteindre son premier objectif lié aux réformes.