SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Les sources de Berri : Les déclarations de Bassil sont expirées comme le mandat d’Aoun

Les propos du chef du Courant patriotique libre, le représentant Gebran Bassil, ne sont pas passés inaperçus du Hezbollah et du mouvement Amal, surtout après que Bassil ait appelé le Hezbollah à attaquer le président du Parlement Nabih Berri sans le nommer. Mais, le Hezbollah n’a pas apprécié les propos de Bassil, qui s’est mis à attaquer Berri, qui a été le responsable de l’élargissement de la taille du bloc du chef du Courant patriotique libre.

Les sources du Hezbollah n’ont pas voulu commenter les propos de Bassil et ont évité d’entrer dans une dispute avec lui ou avec tout allié proche de la résistance, et se sont contentées de dire que ce qui rapproche le Hezbollah de Berri est plus grand que ce qui le sépare de lui, et aussi le Hezbollah a un grand respect pour Berri.

De leur côté, des sources parlementaires proches de Aïn al-Tineh ont estimé que ce que Bassil a prononcé est le maximum d’hallucination, d’obsession et d’arrogance politique qu’il a atteint. Il considérait qu’il était un prince héritier ou un prince qui s’apprêtait à devenir un roi, mais sans royaume, alors il trompait ses partisans avec des mots sans aucun sens, et au moment de la mise en œuvre, il se précipitait vers les partis politiques, leur proposant de partager des parts.

Dans une interview accordée à Sawt Beirut International, les sources ont vu que Bassil a ouvert une bataille inexistante contre le président Berri et le premier ministre désigné Najib Mikati, et cela est inacceptable. Si Bassil considère que Mikati ne peut pas refuser ses demandes impossibles, il se trompe, et ce n’est pas de cette manière que les questions politiques peuvent être traitées, et il doit revoir ses comptes.

Quant à l’attaque de Bassil contre Nabih Berri, les sources ont déclaré que Bassil ne mérite pas de réponse suite à son attaque contre le président du Parlement, d’autant plus que ses paroles ont expiré comme le mandat d’Aoun qui est sur le point de finir.

En ce qui concerne les pouvoirs du président de la République, les sources ont demandé à Bassil : « S’il n’y a pas de pouvoirs, pourquoi est-il si désespéré pour arriver à Baabda ? ».

Quant à ses menaces de chaos, les sources ont dit que Bassil suit le chaos comme une approche à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement, et cette situation n’est pas bizarre.

En ce qui concerne le fait que Bassil considère qu’il est hors du système, les sources demandent : « Est-ce que celui qui a causé la perte de 40 milliards de dollars et provoqué la crise de l’électricité doit être considéré comme hors du système ? Est-ce que la personne qui exploite l’influence de Aoun est en dehors du système ? La personne qui a participé à tous les gouvernements et aux plus hauts ministères est-elle hors du système ? La personne qui a de l’influence auprès des agences de sécurité et de justice et au sein des administrations de l’État est-elle hors du système ? »

    la source :
  • Sawt Beirut International