SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Les sources de Mikati: Bassil n’obtiendra pas ce qu’il veut et le ministère des Affaires étrangères ne lui appartient pas

Les consultations ont pris fin et le premier ministre par intérim, Najib Mikati, a été chargé de former un gouvernement, mais les obstacles qui l’attendent sont nombreux, car le pensionnaire du palais de Baabda a reçu le cahier de revendications de son gendre, Gebran Bassil, et les portefeuilles qu’il voulait d’elle: Énergie, Justice, Affaires étrangères et Affaires sociales, en plus du limogeage du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, et d’un panier d’autres nominations.

Les demandes de Basil ont été rejetées par Mikati plus tôt, et il les rejette aujourd’hui, et ce rejet était une raison majeure pour ne pas nommer le bloc du Liban fort à Mikati, et aujourd’hui Basil essaie de faire pression sur le président désigné pour qu’il adopte à nouveau ses demandes.

Des sources proches de Mikati assurent au site « Sawt Beirut International » qu’il est à l’aise et pas pressé d’écrire car il dirige le gouvernement intérimaire et le juge capable de passer le cap.

Il y a des réalisations qui ont été faites selon les sources, et l’étape est délicate, et nous devons passer la période restante comme l’ère du président Aoun.

Les sources ont ajouté : « Mikati ne signera pas à tout prix le cahier de revendications de Basile et ne se soumettra à aucune provocation du président de la République.

Et il devrait accepter la formation sur laquelle Mikati travaille, car elle satisfait tout le monde et a un intérêt national, pas un intérêt personnel, et les parts sont partagées par Basil et Aoun.  »

Les sources ont souligné que le Hezbollah n’interférera pas, laissant la question de la paternité à Mikati, car le Hezbollah sait que les demandes de Bassil ne sont pas justes, et ce sont des demandes que Basile veut augmenter la taille de son influence qu’il a perdue après les élections législatives et perdra ce qui lui reste de son influence avec la fin de l’alliance.

Les sources ont révélé que Bassil n’est pas satisfait de l’actuel ministre de l’Énergie, Walid Fayyad, car il n’a pas mis en œuvre les demandes de Basil à la lettre, notamment sur la question du plan d’électricité que Mikati a refusé d’adopter tel quel et y a apporté des modifications. Le Liban ne peut tolérer aucune aventure qui pourrait nuire à nouveau aux relations libano-saoudiennes et du Golfe.

Les sources considèrent que la prise en charge par Bassil du ministère de l’Énergie peut être considérée par les États du Golfe comme un défi pour eux, et le Liban a besoin de crises extérieures, car les crises intérieures sont nombreuses et nous devons les résoudre et nous n’en manquons pas d’autres crise, ministre de ses intérêts personnels.