SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

L’exclusion de l’inclusion de l’initiative koweïtienne au Conseil de la Ligue arabe en mars

A l’occasion du 17ème anniversaire de l’assassinat du président martyr Rafic Hariri, chacun se souvient des initiatives qu’il a portées chaque fois que le Liban était en crise. Ses initiatives s’inscrivaient dans un grand projet auquel il tenait.

L’initiative koweïtienne confirme aujourd’hui que le Liban a toujours besoin de liberté et de souveraineté, de la levée du contrôle des armes illégales, et de l’application des résolutions internationales. Et tous ces principes étaient à l’ordre du jour du président martyr.

Mais quel est le sort de l’initiative koweïtienne à ce jour ?
Des sources diplomatiques arabes ont révélé à « Sawt Beirut International », que l’initiative internationale par le Koweït, visant à normaliser les relations du Golfe avec le Liban, n’est pas à l’ordre du jour de la Ligue arabe lors de sa réunion ministérielle des 3, 4 et 5 mars.

Les sources ont expliqué que les grandes questions de ce genre ne feront pas l’objet d’une discussion entre les 21 États membres de la Ligue.

Elles ont souligné que le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Cheikh Ahmed Nasser al-Mohammed al-Saleh, tente de jouer le rôle de médiateur entre le Golfe et le Liban, mais sa positivité annoncée au lendemain de la réunion consultative ministérielle arabe au Koweït il y a deux semaines ne signifie pas que les choses évoluent dans un sens positif.

On ne sait pas non plus encore quand le Golfe répondra à la réponse du Liban à l’initiative, et s’il n’y aura pas de tendance du Golfe à poursuivre les réponses et contre-réponses. Le Liban est maintenant conscient de ce que veut le Golfe et derrière lui les pays arabes et occidentaux.

Les sources s’attendent à ce que la réponse libanaise soit au centre des discussions entre les ministres des affaires étrangères du Golfe, les sources indiquant que les Arabes sont toujours dans les réunions ministérielles élargies dans lesquelles aucune partie ne recourt à l’escalade, notamment sur le sujet de la réponse libanaise en considération du Koweït et de son rôle dans l’obtention d’un résultat dans la mise en œuvre de son initiative.

On ne sait pas encore si le Koweït demandera à ce que son initiative soit incluse dans une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU pour être transférée du cadre arabe au cadre international par la loi, selon des sources diplomatiques de l’ONU.

Ces sources ont noté que la récente déclaration du Conseil de sécurité sur le Liban n’a pas nommé nommément l’initiative koweïtienne, bien qu’elle ait confirmé dans la pratique ses notes détaillées, en particulier la mise en œuvre par le Liban de toutes les résolutions internationales et l’accent mis sur la tenue d’élections parlementaires et présidentielles à temps.

Les sources n’ont pas lâché leurs calculs parce qu’il y a un ton d’escalade dans les positions qui peuvent être utilisées au niveau international au sujet de l’échec du Liban à mettre en œuvre ses obligations sur la base que toutes les choses sont liées.

Selon les sources arabes, après la réponse libanaise, soit il y aura une escalade du Golfe, soit la réalité avec le Liban sera maintenue dans l’absence de relations normales avec pour conséquence la suspension continue du soutien et de l’assistance réels et aucune ingérence du tout dans tout ce qui concerne le Liban.

Les sources ont souligné que la position du Golfe sur le Liban sera influencée par deux questions principales : les résultats de la négociation internationale avec l’Iran sur l’accord nucléaire, et le sort des négociations indirectes entre le Liban et Israël sur la démarcation de la frontière maritime. Ces deux questions pèseront lourdement sur la situation libanaise dans la prochaine phase.

    la source :
  • Sawt Beirut International