SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 October 2021, Tuesday |

Liban… en face de lui ont apprends à connaître les choses

La règle inverse correcte, à laquelle nous sommes censés nous arrêter au Liban, est que tout ce qui profite à Hassan Nasrallah et à la milice du Hezbollah est nuisible au Liban et à son peuple.
Tout ce qui nuit à Hassan Nasrallah et au Hezbollah profite au Liban et à son peuple, car l’intérêt du Liban et de son peuple est loin des intérêts du Hezbollah en tant que milice armée et de ses opérateurs iraniens.
Et au fil des ans, il existe des preuves sans équivoque que l’affiliation du Hezbollah avec le Liban est impossible et n’existe pas.

Et les éléments du Hezbollah, qui sont disséminés en Syrie, en Irak, au Yémen et au Liban, leur doctrine c’est de dire aux Iraniens :

« Votre ordre, monsieur », et le principe de leur travail est que ce que l’Iran veut, c’est ce qui doit être réalisé, et que le partisan du Hezbollah me donne une chose, ce que le Hezbollah a fait pour le bien du Liban et de son peuple.

Le Hezbollah fait du mal à tous les Libanais et à son peuple, 24 heures sur 24. Et le parti veut le faire, d’une manière différente aujourd’hui.

Cette nouvelle méthode différente consiste à confier tout le Liban, son État, son gouvernement et ses institutions, jusqu’à ce que les Iraniens les libèrent.

Le gouvernement n’est pas formé et le travail ne continuera pas, et tout le monde au Liban, selon la logique du Hezbollah, doit mettre en œuvre ce à quoi l’Iran aspire dans la région.
L’ignorance qui afflige certains de ceux qui parient sur le Hezbollah ou le considèrent comme loyal envers eux est une ignorance composée, car l’État est une chose et les milices en sont une autre.
Les États ne peuvent pas non plus exister s’il y a des milices.

Le Hezbollah n’est pas une milice armée ordinaire, c’est une milice qui pratique toutes les formes de violence, y compris les assassinats, les bombardements et l’ingérence dans les affaires intérieures des pays.

Le projet du parti est le projet de l’Iran et ses objectifs sont ceux des gardiens de la révolution iraniens, et sa littérature est basée sur la pensée des Perses de Khomeini et de Khamenei.

Tout ce qui se passe dans l’esprit des dirigeants et des chefs des milices du Hezbollah au Liban, c’est l’obéissance absolue au Wali al-Faqih, et cette obéissance leur fait donner la priorité à l’Iranien sur les Libanais.

Au contraire, ils ne croient pas autant à la patrie qu’à l’Iran occupé.

En perdant Qassem Soleimani, l’Iran a beaucoup perdu du fait d’être le chef de la chorale de la milice.

Nasrallah a voulu combler le vide et se présenter comme le successeur de Soleimani dans la gestion des affaires des milices.

Mais les faits prouvent que les Perses ne font pas confiance qu’aux Perses.

Et ils considèrent Nasrallah et ses semblables comme des outils, et c’est pourquoi ils ne leur donnent pas plus que leur taille, et ne leur permettent pas du tout de dépasser leurs limites, et la mise en œuvre est de rigueur et non le devant de la scène.