SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Liban: une république de faim et non pas d’alliance

On sait que la plupart des politiciens libanais sont impliqués dans la corruption, et tous ont même aujourd’hui partagé et partagé le fromage de l’argent public, et ils peuvent apparemment être en désaccord, mais ils acceptent d’immuniser certains d’entre eux contre la responsabilité.

La corruption au Liban est alliée à la milice terroriste du Hezbollah, et tout le monde parle, je veux dire, tout le monde n’est pas seulement un slogan, mais un fait réaliste. Les pays du monde connaissent la corruption des hommes politiques au Liban et l’ampleur de leurs transgressions.

La classe politique libanaise a volé de l’argent privé et public au Liban, et les piliers de cette classe se battent toujours pour voler ce qui reste, et la classe politique n’a aucune intention de processus de réforme politique et le pouvoir judiciaire est incapable d’arrêter un corrompu.

Malheureusement, telle est la situation au Liban aujourd’hui, et la vraie solution consiste à punir cette classe corrompue et à la faire affronter à la justice tant attendue au Liban. Le président Michel Aoun est le véritable protecteur des corrompus, malgré ses slogans répétés.

Et quiconque pense que ce qui se passe au Liban en termes de chaos dans tous les domaines politiques, économiques et même humanitaires est une période et passera, alors il est très délirant, car ce qui se passe aujourd’hui au Liban est une destruction délibérée et systématique à détruire. Le Liban et son peuple.

Certains au Liban pensent que la solution est des élections législatives anticipées, mais personne n’a mentionné si le coût de ces élections est présent ou non? Qu’en est-il des fonds électoraux, la situation va-t-elle continuer comme elle est?

Au Liban, les choses ne sont plus enfermées dans les escaliers d’initiatives internationales ou régionales. Au contraire, les choses vont au-delà de la catastrophe d’un peuple et de la souffrance des citoyens qui en sont venus à considérer leur patrie comme une épave, et le pouvoir comme un ennemi

Comme le dit l’un d’eux: Lorsque le responsable américain David Hale demande aux politiciens libanais de ne pas attendre les négociations américano-iraniennes et l’initiative de résoudre les problèmes, il dit pratiquement comme s’il disait: Vous êtes malin … Alors agissez

Et transformer le Liban aujourd’hui en une république de kartine, à travers les pièces de théâtre des partis qui prétendent aider leurs partisans, et cet énorme élan médiatique qui accompagne les campagnes des politiciens corrompus alors qu’ils se dépeignent devant les caméras comme ayant peur pour le peuple du Liban, est une farce.

Le peuple libanais est un peuple cher, créatif et énergique, et les Libanais n’ont pas besoin du carton des partis, mais plutôt des cartons dans lesquels ces dirigeants corrompus de ces partis peuvent être placés avant que le reste du Liban ne corrompt l’État.

En effet, l’ère de Michel Aoun est devenue l’ère de la forte faim, et non de la forte alliance que ses partisans disent souffrir eux-mêmes de ce que la plupart des Libanais souffrent, et il y a des années difficiles à venir pour le Liban si les choses restent dépendantes des positions de l’Iran et son bras au Liban, le Hezbollah.