SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

L’ingérence du Hezbollah dans les pays arabes provoque l’isolement du Liban

Après l’organisation du Royaume d’Arabie Saoudite, représenté par son ambassadeur au Liban, Walid Al-Bukhari, un banquet d’Iftar du Ramadan auquel ont participé des responsables de la sécurité, notamment le directeur général de la sûreté de l’Etat, le général de division Tony Saliba, en plus de l’ancienne ministre de la défense Zeina Akar et du procureur général prés la cour de cassation, le juge Ghassan Oweidat, en plus de l’actuel et de l’ancien chef de l’armée Joseph Aoun et Jean Kahwaji. Le hash-tag sur Twitter « l’occupation iranienne » était en tête sur cette application – notamment les utilisateurs affiliés à la milice du Hezbollah – comme si le Royaume était celui qui contrôlait le pays au Liban, oubliant l’influence de ce que l’Iran a dans notre pays.

Ils sont clairement un modèle scandaleux et dégoûtant des pires formes de trahison, et pourtant ils parlent encore de patriotisme !

L’histoire des relations libano-saoudiennes est longue, et entre le Royaume d’Arabie Saoudite et le Liban, il y a une relation spéciale, et le Royaume est responsable en priorité des initiatives et des solutions concernant la situation libanaise actuelle, et la réalisation de ce à quoi les Libanais aspirent en matière de sécurité, de stabilité et de prospérité nécessite, tout d’abord, un retour à la famille arabe, et c’est ce que les dirigeants saoudiens font depuis longtemps.

L’expérience iranienne représentée par la milice du Hezbollah, et les tentatives de créer des espaces communs avec elle est très amère. Cela est clair, surtout avec le « rôle subversif » joué par le régime de Téhéran au Liban. L’hégémonie terroriste du Hezbollah, affilié à ce dernier, pour prendre toutes les décisions nationales par la force des armes a conduit à la perturbation des institutions constitutionnelles de l’Etat, et à l’effondrement du Liban.

Lorsque les Libanais exigent la levée d’une occupation extérieure, c’est leur « droit », surtout si ces forces extérieures sont la cause de tout ce qui s’est passé. Les Libanais aspirent au moment où l’hégémonie iranienne sur le Liban sera levée et que l’obstruction judiciaire cessera, et qu’il ne restera qu’une seule arme et une seule décision, et que personne n’aura le droit de pratiquer la politique du complot contre ceux qui aspirent à construire une patries, parce qu’il est temps de mettre fin aux souffrances du peuple, de mettre fin à la marginalisation de l’État légitime, en dispersant son unité entre des États de sécurité, des États judiciaires et des États de parti et des États sectaires.

Dans ce contexte, la milice du Hezbollah doit prendre conscience que le Liban est d’appartenance et d’identité arabe et qu’il ne peut être séparé de son giron arabe. L’occupation iranienne et l’ingérence du Hezbollah dans les pays arabes ont provoqué l’isolementde du Liban. La volonté des Libanais est en harmonie avec son identité arabe, qui tente de la relever de sous les décombres des mollahs.

Le Liban a besoin aujourd’hui de forces nationales, souveraines et indépendantes, qui croient à la vie privée de ce pays, à l’État légitime, aux institutions constitutionnelles et à l’armée libanaise comme référence unique en matière d’armement et de sécurité, et à l’unité de la décision politique et militaire. Lorsque le peuple bougera et affrontera sérieusement cette réalité catastrophique, la communauté arabe et internationale sera encouragée et aidera le Liban et fournira les possibilités de changement et les moyens de sauvetage, comme le Royaume l’a fait et le fait chaque fois que les Libanais et leur pays ont besoin d’aide !

    la source :
  • Sawt Beirut International