SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 17 January 2022, Monday |

Macron se heurte au Hezbollah… Je ne veux pas échouer au Liban

A chaque crise à laquelle le Liban fait face, le président français Emmanuel Macron montre un grand intérêt à sauver la classe que Macron a porté au pouvoir en formant le gouvernement du président Najib Mikati, qui est venu suite à la pression française.

Depuis la formation de ce gouvernement, les crises se poursuivent au Liban et sa situation s’est aggravée, et la dernière de ces crises est la rupture diplomatique des pays du Golfe avec le Liban suite aux pratiques du Hezbollah envers les pays du Golfe.

Des personnes proches de l’Elysée, assurent à « Sawt Beirut International » que lorsque Macron a été interrogé sur son grand intérêt pour le dossier libanais, il a répondu que « je ne veux pas échouer dans ce dossier, et que son initiative a subi des revers importants » et qu’il a donc décidé de gérer personnellement ce dossier afin d’atteindre le soutien du Liban à ce stade, est cependant devenu impossible, selon les proches du président français, car la classe dirigeante ne l’aide pas à réaliser des progrès et à lancer les réformes demandées par Macron.

Ils ont souligné que le président français est à la veille d’élections et qu’il place le dossier libanais parmi les réalisations politiques étrangères qu’il pense avoir accomplies, mais que jusqu’à présent, il n’a rien obtenu d’autre que la livraison de personnages peu crédibles par le peuple libanais et leur rassemblement dans un seul gouvernement.

Aussi, ces personnes ont ajouté que « Macron n’avait pas d’autre choix que d’accepter Mikati comme premier ministre après que l’ancien premier ministre, Saad Hariri, ne puisse pas former le gouvernement, et après le conseil de ses conseillers, il a porté Mikati à la tête du gouvernement, sachant que ce gouvernement n’apportera pas grand-chose si l’administration de Macron ne fait pas pression pour mettre en œuvre des réformes. »

De plus, ils ont souligné que Macron avait heurté au mur du comportement du Hezbollah qui entravait l’avancée du gouvernement dans le dossier de l’explosion du port, et Hezbollah a exigé la destitution de l’enquêteur judiciaire, Tarek Bitar. Après cela, l’initiative de Macron a reçu un coup fort à travers la crise diplomatique libano-saoudienne, donc il est resté confus face à cette crise, mais il a repris l’initiative et pour éviter l’échec de ses efforts, il est donc allé en Arabie Saoudite pour restaurer ce qui pouvait être restauré, et a demandé à Mikati de démissionner le ministre de l’information George Kordahi comme une approche pour résoudre la crise avant son arrivée à Riyad.

Selon les sources, « Macron a demandé aux Saoudiens de l’aider dans le dossier libanais parce qu’il est en train de se noyer dans les bras de l’Iran s’il n’est pas secouru, et l’Arabie saoudite devrait contribuer à retirer le Liban des bras iraniens, et donc les termes de l’initiative franco-saoudienne sont venus très importants et traitaient directement les armes du Hezbollah. »