SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 June 2022, Wednesday |

Malgré l’effondrement et la désignation du Mikati…Quels sont les scénarios proposés ?

Le citoyen libanais ne sait plus à quel problème il devra faire face. Commence-t-il à faire face à la crise des médicaments semi-coupés, ou se souvient-il des difficultés liées aux rangs des stations-service, ou au monopole de l’essence et du diesel, et aussi de la situation difficile du pain et de la farine, et d’autres questions de base durables nécessaires à tout individu normal pour compléter sa vie ? Le citoyen libanais connaît la tragédie d’une patrie, aujourd’hui presque morte, victime d’une autorité qui a conspiré contre sa liberté, sa souveraineté et son indépendance pendant trente ans ?

Le journaliste et analyste politique Wajdi Al-Aridi estime que « la désignation du président Mikati n’affectera pas la scène politique à l’heure actuelle », étant donné qu’il y a une courte période pour la fin du mandat de Aoun, se demandant, qu’a fait le gouvernement du Premier ministre Mikati et que fera-t-il pendant les quatre mois restants ? Rien. Nous devons nous référer à la crise économique, au tragique effondrement économique et aux innombrables crises, sans oublier les problèmes de sécurité et le mauvais traitement de la société civile.

Il y a des cadres constitutionnels qui ont seulement eu lieu, en commençant par le processus électoral jusqu’à la désignation, et il y a plusieurs scénarios raisonnables qui pourraient se produire, dit Al-Aridi, le premier est certainement la désignation, et Mikatia été vraiment désigné, mais il ne formera pas un gouvernement et son gouvernement actuel restera en charge des affaires, et il y a des informations spéciales à cet égard.

Quant au second, il se traduit par des discussions sur un nouveau gouvernement, mais ses chances sont minces pour plusieurs considérations, dont les plus importantes sont les divisions, la fragmentation politique et les quotas, et c’est ce qui conduit à ignorer cette hypothèse. A partir de là, nous restons sur le premier scénario qui est la fin du mandat de Aoun et la formation du « nouveau gouvernement » et si cela ne se produit pas, le Liban connaîtra d’autres tragédies.

Le temps de « Gebran Bassil » est terminé, dit al-Aridi, considérant que la question la plus importante reste de savoir s’il y a une intention réelle de former un nouveau gouvernement ou si l’état d’obstruction continuera comme d’habitude jusqu’à ce que Bassil qui est lié par des sanctions et prêt à brûler le pays pour atteindre son intérêt personnel, soit satisfait, et assurant une couverture pour le Hezbollah iranien. Les manœuvres politiques ont inévitablement freiné Gebran Bassil, et Mikati est resté malgré les méthodes que ce dernier a utilisées dans les consultations parlementaires.

Concernant la prochaine élection présidentielle, Al-Aridi a indiqué que Gebran Bassil ne peut pas abandonner le Hezbollah, sachant que le duo chiite a nommé le président Najib Mikati, et la relation avec le mouvement Amal, c’est-à-dire Nabih Berri, est en crise, et Bassil doit être en accord avec Nabih Berri pour devenir le président de la république.

Al-Aridi a déclaré que le président Najib Mikati est entravé par la fin du mandat d’Aoun, et il n’aura qu’une légitimité incomplète, et le pari est sur un gouvernement réformiste qui dirigera le pays. Mikati est venu pour terminer une étape au sein des manœuvres politiques et des querelles générales, avec la fin de cette époque d’échec, ni plus ni moins.

Al-Aridi a conclu que tant que les noms sont les mêmes en tant que responsables des postes clés dans les institutions constitutionnelles, alors le projet politique traditionnel pour diriger le pays et les institutions continue et la performance politique ne changera pas, et le Liban disparaît et la solution est de compter sur la communauté internationale pour le sauver.

    la source :
  • Sawt Beirut International