SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Nasrallah contredit… Nasrallah

Début août, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, est sorti menaçant, prometteur, « dominant », déclarant:

« Nous, le Hezbollah, irons en Iran et négocierons avec le gouvernement iranien, ce qui est un accord, et nous achèterons des navires à essence et diesel, et nous les amènerons au port de Beyrouth, afin que l’État libanais empêche l’entrée de l’essence et le diesel au peuple libanais.

Les Libanais, après cette menace, imaginaient que les navires « feraient la queue », mais quelle que soit la mise en œuvre de la menace, le ton avec lequel Nasrallah s’adressait aux Libanais reflète un langage supérieur avec lequel il s’adressait aux Libanais.

Seule une personne qui « domine » la décision libanaise le dit, sinon, comment ose-t-il s’adresser aux pays en disant:

« Que l’État libanais empêche l’introduction de l’essence et du diesel au peuple libanais. »

Existe-t-il une menace plus grave que cette menace? Existe-t-il une hégémonie plus forte que cette hégémonie?

Mais les mots d’août ont effacé les mots d’octobre ! La puissance des paroles d’un père a été confrontée à l’apparence de la faiblesse. Les paroles de Tishreen à Nasrallah tentent de supprimer l’accusation d’hégémonie, alors il dit sous la forme interrogative:

Quel est ce parti qui domine le Liban? Quand j’aborde la question des bateaux diesel, le gouvernement libanais dit: je vous supplie de ne pas les amener à Al-Zahrani et à Tripoli, emmenez-les en Syrie, un pays que nous dominons.

Ensuite, nous emmenons les bateaux diesel à Baniyas, et de là, nous rampons sur environ 250 kilomètres, pour l’amener à Baalbek et le distribuer au reste des régions libanaises. C’est un parti qui domine un État!

Nasrallah essaie de dire: « Nous ne dominons pas l’État », et avant cela élève la voix qu’« il est l’État ». Dans ce cas, en quel « Nasrallah » croyons-nous?

Certes, « Nasrallah est celui qui domine », et les preuves sont abondantes:

Celui qui sort avec son équipement et ses armes pour recevoir des réservoirs de diesel et d’essence, il contrôlera l’État.

Celui qui envoie Hajj Wafiq Safa à Adliya avec la menace d’un juge dominera l’État.

Celui qui demande à l’un des ministres du duo de délivrer un message menaçant au Conseil des ministres, selon lequel ils doivent « changer » d’enquêteur judiciaire dans l’affaire de l’attentat à la bombe dans le port de Beyrouth, domine l’État.

Celui qui entrave les élections présidentielles, à moins qu’elles ne conduisent à l’élection du général Michel Aoun, dominera l’Etat.

Quiconque fait obstacle à la formation du gouvernement, à moins qu’il n’y ait un tiers de l’obstructionniste, domine l’État.

Celui qui protège les « rails » de la contrebande domine l’État.

Si l’on veut terminer le recensement, les manifestations de l’hégémonie sur l’État ne peuvent tenir dans un volume.

Nasrallah est une personne « inexacte », pour ne pas dire plus, lorsqu’il nie l’hégémonie du Hezbollah sur l’État. N’oubliez pas que Sayyed Nasrallah a dit un jour que « le Hezbollah ne combat pas en Syrie »!