SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Nasrallah fixe les limites de la révolte de Bassil

Le chef du « Courant patriotique libre », l’ancien ministre Gebran Bassil, par le biais de son apparition enregistrée sur vidéo sous le titre « Une minute avec Gebran », a voulu diriger ses messages avant le discours du secrétaire général du « Hezbollah », Hassan Nasrallah, à l’occasion de la cérémonie de distribution du « Prix international Qassem Suleimani pour la littérature de la résistance ». Il a toujours intégré des positions liées à la question libanaise, alors comment si elle était liée à l’élection présidentielle qui fait pression sur tout le monde, y compris le Hezbollah, en raison de son incapacité à faire passer le nom par lequel il est possible de protéger les gains qu’il a acquis au cours du mandat de l’ancien président Michel Aoun, à un moment international critique, surtout en termes de la situation sur l’arène iranienne et l’absence de signes de reprise des négociations sur le dossier nucléaire, selon des sources privées de « Sawt Beirut International ».

Bassil se rend compte, selon la source, qu’il représente toujours le « cheval de Troie » pour le « Hezbollah » dans le dossier présidentiel, et c’est ce qui le pousse à continuer à évoquer tantôt la révision de l’accord de Mar Mikhael en modifiant certaines de ses clauses, tantôt le retrait du dossier de la stratégie de défense, même si Nasrallah lui a laissé la liberté de se retirer. Bassil, qui a tout sacrifié pour son allié, est rancunier après s’être retrouvé parmi les alliés et amis du parti en deuxième position après le « Mouvement Amal ». Il a senti cette préférence lors de ses batailles avec le président du Parlement Nabih Berri dans de nombreux dossiers, notamment celui du ministère d’énergie « dorée » pour Bassil, et d’autres dossiers qui ont montré la force et la solidité de la relation entre les deux partis, et aucune équipe, quelle que soit son niveau, ne peut la briser. Cela a incité Bassil à manœuvrer et à jouer avec ses acquis chrétiens et à les utiliser en faveur de l’extirpation de son courant de la mort politique clinique jusqu’à ce qu’il se retrouve dans une impasse et qu’il n’ait plus le pouvoir de faire chanter aucune partie, surtout le « Hezbollah », qui ne se soucie plus de l’attaque verbale et des menaces de Bassil, mais bien que le Hezbollah ait encore besoin de lui dans plusieurs domaines et dossiers, notamment les élections présidentielles.

Et la source a ajouté, en soulignant que l’indifférence du Hezbollah à l’égard de Bassil est due au fait que les élections présidentielles ne sont plus une priorité dans son agenda, en raison de sa préoccupation avec l’attention urgente de l’Occident, à travers les commissions d’enquête tripartites, qui a commencé sous le titre de la corruption et s’est ramifié dans son enquête, en atteignant l’affaire de l’explosion du port.

Il faut noter les répercussions qui ont accompagné l’arrestation de William Noun, le frère de l’un des martyrs de l’attentat du port, qui a déclenché un tourbillon qui a touché le corps judiciaire du haut de la pyramide jusqu’en bas, et a également révélé l’ampleur de la fragilité de la position du CPL (courant patriotique libre) vis-à-vis de ce séisme, qui s’est limité à un certain nombre de détenus en plus de la divergence des positions entre les dirigeants et les députés du CPL, qui subit encore les contrecoups des résultats des élections législatives, et les jours à venir révéleront la fragilité vécue par le Courant et ceux qui l’ont rejoint en termes de personnalités et d’hommes d’affaires.

Le tableau extérieur du CPL ne montre pas ses défaillances, mais il est certain, selon la source, que le cercle de ceux qui entourent Bassil va diminuer, et il ne trouvera autour de lui que quelques noms qui viennent à son secours en répétant qu’ils ont essayé de préserver les droits des chrétiens.

    la source :
  • Sawt Beirut International