SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Paris ne se taira pas si Aoun décide de rester à Baabda

Après la réunion des représentants des États-Unis d’Amérique, de la République française et de l’Arabie saoudite a publié une déclaration sur le dossier libanais, qui a exprimé le soutien continu de leur pays à la souveraineté, à la sécurité et à la stabilité du Liban, les ministres des Affaires étrangères de ces pays ont souligné l’importance d’organiser des élections présidentielles à temps conformément à la Constitution libanaise et d’élire un président capable d’unir le peuple libanais et de travailler avec les acteurs régionaux et internationaux pour surmonter la crise actuelle.

Les ministres ont appelé à la formation d’un gouvernement capable de mettre en œuvre les réformes structurelles et économiques nécessaires pour faire face à la crise politique et économique du Liban, en particulier les réformes nécessaires pour parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international.

Dans le contexte, des sources politiques de Paris confirment que la France a décidé de sa position sur la présidence en termes de ne pas faire venir un président d’une république autour duquel il y a un soupçon de corruption, ce qui est conforme à la position saoudienne.

Les sources ajoutent à SBI que la France n’a pas interféré dans les élections présidentielles et envoie des signaux aux politiciens libanais que les élections présidentielles devraient se tenir à temps », et l’ont confirmé par la déclaration commune.

Les sources ont souligné que la position française ne restera pas dans cette direction si le président de la République Michel Aoun décide de rester dans le palais, alors Paris prendra une position ferme, tout comme l’Amérique.

Quant à l’Arabie saoudite, les sources disent que « le Royaume ne s’est pas retiré de la vie politique au Liban et est toujours du côté de son peuple, mais il n’a pas fourni d’assistance en cas d’élection d’un président corrompu ou subordonné à l’hégémonie du Hezbollah, et refusera son aide à tout président amené par le Hezbollah ou être un allié de l’Iran, de sorte que la position saoudienne reflète les aspirations du peuple libanais et de sauver le Liban et de le rendre au sein arabe ».

    la source :
  • Sawt Beirut International