SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Pas de candidat spécifique pour la France mais un cahier des charges spécifique

La ministre française des Affaires étrangères entamera jeudi une visite officielle au Liban envoyée par le président Emmanuel Macron pour explorer l’évolution de la situation libanaise et offrir Français assistance pour sortir le Liban de ses crises politiques et économiques, sur la base de ce que le président a toujours dit que la France ne quittera pas le Liban et restera toujours à ses côtés, selon des sources diplomatiques à Sawt Beirut International.

Les sources ont souligné que le début du compte à rebours avant la sortie du président Michel Aoun du palais de Baabda et la fin de son mandat à la fin du mois d’octobre, et la nécessité de respecter le délai constitutionnel pour l’élection d’un nouveau président de la République constituent la base de la visite, où le ministre des Affaires étrangères souligne la nécessité de faire pression pour l’élection d’un président et d’éviter de tomber dans le vide, d’autant plus que le Liban souffre d’une série de crises politiques et économiques. Il n’y a pas d’autre place que d’accélérer le traitement, dont le premier est l’élection d’un nouveau président dès que possible.

Les sources ont souligné que la France n’a pas de candidat spécifique, mais a des caractéristiques spécifiques pour le président : pouvoir faire face à la crise politique et économique, être un président consensuel, travailler à rassembler tous les Libanais et mener à bien les réformes demandées par le Fonds monétaire international. Le ministre Français enverra un message clair sur la nécessité pour toutes les parties libanaises de coopérer pour sortir leur pays de l’effondrement et de ne pas leur permettre de s’habituer au vide car cette fois le vide vient dans le contexte d’une crise économique profonde, il est donc très dangereux de ne rien faire pour rétablir la stabilité économique et politique du pays.

La deuxième question dont le ministre français discutera, selon les sources, est la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et Israël, où la France joue un rôle important en rapprochant les vues en termes d’accélération de la signature de la prospérité qui conduit au Liban et de passage d’un état d’effondrement à une nouvelle situation qui établit l’avancement de l’économie, ce qui améliore les chances de stabilité entre le Liban et Israël.

La troisième question est la nécessité pour le Liban de maintenir la sécurité, la paix et la stabilité et de travailler entre toutes les parties pour éviter le chaos avec la base principale du rôle de l’armée libanaise dans ce domaine.
Les sources indiquent que la décision française est coordonnée avec l’administration américaine, ce qui laisse à la Français une grande marge d’effort pour fournir une limite acceptable de propositions sur les détails liés à l’éligibilité présidentielle. Il existe Français contacts à coordonner avec l’Arabie saoudite à cet égard. La France a également des contacts avec toutes les parties libanaises sans exception.

    la source :
  • Sawt Beirut International