SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Pas de présidence de république libre à l’ombre d’une souveraineté abusée pour les intérêts de Téhéran

La République libanaise a vécu des époques où les trois présidences ont été soumises à un véritable joug de colonialisme caché, représenté par la domination militaire et politique de la Syrie sur l’Etat libanais, qui a décidé d’intimider et de menacer les souverains pour les éliminer, et ce par l’intermédiaire de ses agents, qui étaient impatients d’occuper des postes où la loyauté au régime d’Al-Assad passait avant leur loyauté au Liban, et ils sont maintenant parmi les inconnus de l’histoire après la sortie militaire de la Syrie et la désintégration de ses capacités et de son influence sur la scène libanaise, selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

Ce régime qui a abusé de nombreuses personnalités libanaises qui ont refusé sa tutelle sur lui, après avoir dépouillé ses richesses et divisé son trésor avec ses agents au Liban, et il y a de nombreux exemples comme la Banque Al-Madina et les investissements dans le port et d’autres dossiers innombrables. Ce régime a eu peur du martyr Rafic Hariri, qui a pu sauver le Liban et son économie de l’effondrement, qui selon de nombreux témoignages de fonctionnaires et d’officiers syriens qui ont fait défection du régime, a été assassiné par le régime …Malgré les avertissements arabes et internationaux, la confrontation avec le régime syrien qui a constitué un véritable tournant pour le Liban et pour certains hommes politiques s’est produite. Certains des politiciens sont revenus sur le front politique en utilisant le sang du martyr Rafic Hariri et de ses compagnons qui ont libéré le Liban de ce cauchemar qui a pesé sur la poitrine des Libanais pendant 30 ans, selon la source.

La source a poursuivi : « Mais la malédiction de l’hégémonie s’est déplacée du régime Assad à ses alliés, qui ont pris le contrôle et ont achevé le processus d’hégémonie sur les différentes décisions, notamment en ce qui concerne la décision de guerre et de paix face à l’ennemi israélien, où sa résistance s’est limitée au « Hezbollah » qui a mené la guerre de juillet 2006, qui a détruit de nombreux villages ainsi que des infrastructures et a fait des victimes. »

Et la source continue, la confrontation avec « Israël » a pris fin, et la confrontation a commencé au niveau national avec les partis libanais. Les conflits ont continué à imprégner la fragmentation de l’Etat, jusqu’au début du soulèvement du peuple syrien, où le Hezbollah a rejoint son allié, le régime de Bachar, dans la confrontation avec les révolutionnaires, malgré le fait que le titre principal qui est sorti à travers les médias était la défense des sanctuaires religieux à Damas et les « vaisseaux » de la résistance et ses missiles se sont déplacés de la Syrie au Yémen pour l’entraînement et la participation militaire, selon les responsables du Hezbollah.

Aujourd’hui, on peut conclure, après des années de cette participation, que ce qui a été obtenu n’est pas équivalent aux pertes subies par les parties impliquées dans la guerre syrienne, qui a établi une réalité sans ambiguïté… La Syrie est devenue divisée géographiquement et politiquement à cause de l’intervention iranienne, qui a commencé son projet de division de l’Irak au Liban en passant par la Syrie, ce qui est considéré comme sa carte la plus forte dans le processus de lutte contre les États-Unis dans les dossiers sensibles.

Mais la situation à l’intérieur de l’Iran a commencé à faire pression sur le régime de Khamenei et celui-ci s’est affaibli en raison de la perte de son prestige à l’intérieur, et cette question constituera un élément d’achoppement pour savoir comment se dirige le navire présidentiel au Liban, puisqu’il n’y a pas de « voix dominante » pour qui que ce soit au parlement libanais, tout comme les élections électorales en « Israël » et aux « Etats-Unis » vont apporter une certaine influence sur l’arène moyen-orientale, et donc le vide présidentiel va occuper Baabda pour une période imprévisible.

    la source :
  • Sawt Beirut International