SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 February 2023, Thursday |

Pourquoi aucun responsable libanais n’a-t-il osé interroger le ministre iranien sur l’ingérence de son pays au Liban ?

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdullahian, a tenté de justifier la position de l’autorité de son pays envers son peuple, qui manifeste pour le quatrième mois consécutif contre la performance des responsables, selon des sources diplomatiques connaissant parfaitement les sujets abordés lors des réunions du ministre iranien à Beyrouth.

Les sources ont déclaré à « Sawt Beirut International » que la politique répressive de l’Iran ne convainc pas la communauté internationale. Par conséquent, il a tenté d’envoyer un message politique selon lequel l’autorité de son pays fait ce qu’il faut avec un parti qui recourt à la falsification de la paix civile iranienne alors qu’il s’acquitte de ses fonctions dans ce domaine.

Cependant, les responsables libanais ont exprimé leur soutien à la paix civile et à la résolution des problèmes par des moyens pacifiques par un dialogue calme, et qu’ils ne s’immiscent pas dans les affaires intérieures de l’Iran. D’autre part, le ministre Abdullahian a critiqué l’Occident, affirmant qu’il cherchait à saboter la situation iranienne et que l’autorité ne pouvait pas rester les bras croisés. Cependant, aucun responsable libanais n’a attiré son attention sur l’ingérence de son pays au Liban et n’a osé le faire. De même, personne n’a osé lui demander les raisons de garder le Liban comme une carte aux mains de l’Iran.

Quant à la deuxième question, qui a été abordée par le ministre iranien qui se rend périodiquement au Liban par des visites critiquées par la majorité du peuple libanais et la majorité des forces politiques, est d’informer les responsables qu’il a rencontrés du soutien de l’Iran à la tenue des élections présidentielles dès que nécessaire.

Cependant, selon les sources, il n’est pas entré dans les détails, laissant cette affaire à son allié « Hezbollah » d’une part, et pour envoyer un message que l’Iran n’interfère pas dans les affaires internes et constitutionnelles libanaises similaires à ce que l’Iran évoque les « ingérences » des pays occidentaux au Liban, et où il évoque l’importance du dialogue et de la compréhension entre les Libanais et leur consensus national.

Alors qu’il a oublié les interventions de son pays au Liban, et son armement d’une faction libanaise pour travailler dans le cadre de l’agenda régional de l’Iran, et le contrôle de cette faction sur les décisions de l’Etat ainsi que sur le dossier de la présidence.

Les sources ont noté que le responsable iranien réitère la volonté de son pays d’aider le Liban dans ce qu’il demande. Cela se produit afin de protéger son pays de tout blâme ou responsabilité dans la dévastation de la situation libanaise, en particulier économique.

Et ceci alors que son pays est pleinement conscient que des sanctions internationales à son encontre sont toujours en place, et que tout pays qui bénéficie de l’équipement iranien, par exemple, en ce qui concerne son offre d’établir des centrales électriques, le pays qui accepte l’offre à son toursera soumis à des sanctions américaines, européennes et internationales.Même si les responsables libanais lui ont répondu qu’ils pourraient chercher à convaincre la communauté internationale de l’offre iranienne, il n’y aura aucun avantage pratique à en tirer.

Les sources ont confirmé que la visite est intervenue à un moment ambigu à la lumière d’un vide présidentiel et d’un gouvernement intérimaire.

    la source :
  • Sawt Beirut International