SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

Pourquoi la « Garde républicaine » est dans l’escorte électorale de Gebran Bassil?

Avec amour et transparence, et par souci pour la Brigade de la Garde Républicaine de l’Armée Libanaise, une question au commandant de la brigade, le Général de Brigade Bassam Al-Helou: Pourquoi y a-t-il des éléments, et parfois un officier de la Garde républicaine, dans les cortèges électoraux pour le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil?

Tout d’abord, il n’est pas utile de nier ce fait, car il est vrai, et il n’est pas possible de cacher entre cinq et dix éléments.

Deuxièmement, est-ce parce que le chef du courant est de la « famille du président »? Si cette hypothèse est correcte, alors pourquoi n’y a-t-il pas d’éléments de la Brigade de la Garde républicaine avec d’autres membres de la « famille du président », c’est-à-dire les gendres le député Chamel Roukoz et le président du conseil d’administration de OTV Roy Al-Hachem?

Qui demanderait au commandant de la brigade de garde d’envoyer des membres de la brigade de garde pour protéger Bassil d’autant plus qu’aucune loi ne le permet? C’est le Palais Républicain qui le fait? Ou Bassil? Est-ce parce que la fille du président a le droit d’avoir une protection, le gendre « s’efforce » d’emprunter cette protection pour lui-même?

Les gendres des anciens présidents de la république ont ils profité de ce « luxe »? Cela s’est-il produit depuis l’époque du général de division Mounir Al-Sardouk jusqu’au général de brigade Salim Al-Feghali?

Après le Taif, de Fares Boueiz le gendre du président Elias Hrawi et le général de brigade Michel Harrouk était commandant de la brigade de garde à Elias Al-Murr, gendre du président Emile Lahoud, et général de brigade Mostafa Hamdan était le commandant de la Brigade de la Garde. À Wissam Baroudi, gendre du président Michel Suleiman, et le général de brigade Wadih al-Ghafri était le commandant de la brigade de garde, jusqu’au gendre Gebran Bassil, où le général de brigade Salim Al-Feghali était commandant de la Brigade de la Garde, puis le général de brigade Bassam Al-Helou.

Les tâches de la brigade de garde sont ce qui se passe aujourd’hui? Y a-t-il violation de la loi?

La présence de la Garde républicaine avec Gebran Bassil n’est pas un fait nouveau. En janvier dernier, la Garde républicaine l’a accompagné lors de sa visite au siège de l’Association des projets caritatifs islamiques à Burj Abi Haidar, où il a été reçu par le chef de l’association, Cheikh Houssam Qaraqira.

Ce sont des questions légitimes car elles interviennent au moment où l’establishment militaire, et la Garde républicaine en fait partie, connaît les pires conditions de vie, et le chef de cette institution, le général Joseph Aoun, tente de combler tous les « lacunes du besoin » avec ce que les lois en vigueur lui permettent de faire.

Ce qui permet et autorise ces questions, c’est que « le militaire est un être humain » et qu’il n’est pas permis de l’alourdir au-delà de ses capacités dans les missions électorales, ces tâches ne sont-elles pas un abus de pouvoir?

    la source :
  • Sawt Beirut International