SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 December 2022, Friday |

Projet d’accord de démarcation dans les deux semaines

Le dossier de la délimitation des frontières libano-israéliennes reste l’une des priorités de l’administration américaine, tant elle presse toujours de le boucler dans un délai court, n’excédant pas deux semaines, selon des sources diplomatiques occidentales à « Sawt Beirut International ».

Ces sources révèlent qu’après les rencontres de New York, le médiateur américain au dossier, Amos Hochstein, travaille à l’élaboration d’un projet d’accord entre le Liban et Israël, afin qu’il le remette aux parties concernées dans les deux semaines à venir, qu’il s’agisse par une visite directe dans les deux pays ou par des contacts techniques. Il s’agit d’une proposition d’accord sur laquelle les deux parties travailleront pour formuler leurs observations.

Ce projet est un prélude à l’accord qui sera signé. Jusqu’à présent, il n’a pas insisté pour distribuer le moindre texte aux parties libanaise et israélienne. Or, selon des sources occidentales, le texte du projet d’accord est censé être finalisé au plus vite au profit des deux parties, d’autant que les trois parties concernées, dont les Etats-Unis, sont à la veille d’élections.

Il y a les élections de mi-mandat au Congrès en novembre prochain, et il y a aussi les élections à la Knesset le premier de ce mois, et il y a les élections présidentielles libanaises qui doivent avoir lieu dans le délai constitutionnel comme le souhaitent les Américains, c’est-à-dire avant 31 octobre prochain.

Avant ces trois droits, l’accord doit être signé, car personne ne connaît les nouveaux équilibres internes des trois pays, et comment le dossier de la démarcation pourra être traité ensuite. Certes, après les élections américaines, ce ne sera plus comme avant. L’administration Joe Biden préfère également une victoire de Lebed sur Netanyahu aux élections israéliennes.

Les sources confirment que toute l’ambiance qui accompagne la pose des bases de l’accord de démarcation est positive et les parties sont motivées dans ce sens, et le texte de l’accord est censé être finalisé d’ici deux semaines.

Les sources ont révélé que Washington travaillait à l’unité de la position libanaise, car cela conduisait à une réelle satisfaction américaine.

L’administration a tenu compte des menaces annoncées par le Hezbollah, qui a insisté pour que l’on agisse d’abord pour se calmer, et pour jeter les bases de l’accord de démarcation ensuite. Constatant que les menaces du parti sont investies par les politiciens en Israël selon les penchants et les objectifs de chacun.

Ainsi, tout investissement politique dans ces menaces, et tout danger éventuel qui pourrait en résulter dans le domaine de la situation sécuritaire dans le sud, a été bloqué.

    la source :
  • Sawt Beirut International