SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Quant à la formation du gouverment: Borrell a blâmé tous ceux qui sont concernés

Des sources diplomatiques européennes confirment à « Sawt Beirut International » que le vice-président de l’UE Josep Borrell a blâmé tous ceux qui sont concernés par la formation d’un gouvernement. Et il a transmis cette impression aux ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne lors de leur réunion avant quelques heures.Borrell a souligné qu’il avait informé les responsables rencontrés à Beyrouth que l’Union européenne aiderait le Liban, mais seulement après la formation du gouvernement et après le début des réformes.Les sources ont indiqué que l’Union européenne poursuit l’achèvement du régime de sanctions lié au Liban et à ses conditions.

En attendant l’achèvement de cette loi de sanctions, l’Union européenne et la France sont encore au stade de menaces de sanctions à l’égard de ceux qui entravent la formation du gouvernement et entravent la voie du sauvetage pour sortir le Liban de sa crise.Elles ont souligné que la phase d’imposition des sanctions a besoin de plus de temps, pour de plusieurs raisons, dont les plus importantes sont:

– Les Européens, amis du Liban, donnent plus de temps aux partis et dirigeants libanais afin de faciliter la formation, ce qui signifie que les sanctions ne sont pas imminentes.Ils attendent une entente libanaise à travers les pressions qu’ils exercent.Ils veulent sauver le Liban par des sanctions, mais en même temps ils offrent des opportunités qui peuvent être utiles avant d’y recourir, car ce n’est pas facile de resortir une fois les sanction sont mises en oeuvre selon les mécanismes inclus dans le régime spécial pour le Liban, qui est en voie d’achèvement.Les sanctions affecterons les obstructionnistes, la corruption, la contrebande d’argent et la violation des droits de l’homme au Liban.L’Union considère que ce qui arrive aux Libanais en termes d’humiliation sociale dans laquelle ils vivent, est une violation flagrante des droits de l’homme.

– Il existe toujours un besoin interne européen d’un accord définitif sur le fait que les sanctions sont le seul moyen de sauver la situation libanaise. Il y a des contacts menés par la France et l’Allemagne pour persuader tous les pays des sanctions.

-L’Union européenne est encore au stade de la définition des bases et des critères sur lesquels les sanctions doivent être imposées. Pour l’instant, rien n’est décidé, seuls des projets sont accomplis et les normes sont actuellement en discussion.