SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2021, Monday |

Que veut Bassil ?

En observant de près le comportement du chef du « Courant patriotique libre », le député Gebran Bassil, on le trouve fluctuant et confus dans sa matière, mettant en avant les grands titres qui attirent les gens, mais dans le contenu de ces revendications se cachent l’égoïsme et le « je ». Il n’y a pas d’ami de Bassil, « Moi ou pas » contrôle son esprit.

Bassil est avide de positions, de gains, de favoritisme et de parts. Il veut tout prendre sans rien perdre ni concéder.

Dans ce contexte, des sources parlementaires ont indiqué à « Sawt Beirut International » que Bassil a largement profité de la présence de Michel Aoun à la présidence, et a mis le président Aoun dans la position du parti défendant les ambitions personnelles et malveillantes de Bassil.

Les sources ont estimé que celui qui a offensé la position de la présidence est Bassil, en s’absentant de la décision du président Aoun et en imposant sa volonté sur le discours du palais, en plus de renverser les conseillers proches de Aoun et de les remplacer par des personnes qui gravitent dans l’orbite de Bassil sous le prétexte que « la scène l’exige. »

Les mêmes sources soulignent que Bassil ne fait pas attention à un ami, un allié ou un adversaire. La priorité est donnée à l’intérêt personnel étroit qui lui procure des gains et apporte les résultats auxquels il aspire, ajoutant que « Bassil met des obstacles à la formation d’un gouvernement, et des conditions impossibles pour deux raisons :

La première, parce que celui qui a pris l’initiative est le président du Parlement Nabih Berri, et que Bassil ne prend aucune initiative qui ne sort pas des couloirs de Baabda, qu’il supervise personnellement, ou qui ne tient pas compte des exigences de sa bataille présidentielle.

La deuxième raison, Bassil a peur de tout processus de formation du gouvernement qui ne respecte pas les gains minimums qu’il souhaite ou les parts requises, parce que le gouvernement attendu ira superviser les prochaines élections parlementaires, et cela signifie pour Bassil que tout résultat inattendu des élections fera tomber ses rêves présidentiels et mettra son courant dans le vent, la question dont Bassil est pleinement conscient et cherche à contrecarrer toute tentative de ne pas garantir les résultats électoraux à l’avance ou de réduire les dommages qui en découlent avec le moins de pertes possibles.

Les sources confirment, que Bassil s’est frayé un chemin à travers des entreprises spécialisées dans les statistiques, et le résultat a été le contraire de ce que le gendre souhaitait. La popularité de Bassil et son mouvement ont beaucoup perdu depuis l’accession de Aoun à la présidence, et la révolution a mis fin à la popularité du mouvement, en plus du comportement des ministres actuels au ministère de l’énergie, qui a mis un point noir dans le dossier du comportement de courant et de ses ministres successifs.