SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 September 2022, Monday |

Quel est le rôle de l’autorité de surveillance des élections parlementaires?

Quelques heures après les élections des expatriés vendredi et dimanche, l’attention se concentre sur la surveillance des élections, en particulier le rôle de l’organe de surveillance.

La surveillance des élections libanaises est une exigence internationale, et il y aura une participation internationale et arabe à la surveillance aux côtés des États-Unis, de l’Union européenne, de la Ligue arabe, de l’Organisation des États francophones et de la société civile, qui ont tous obtenu l’autorisation de surveillance de l’Autorité de surveillance électorale.

Il y a deux rôles pour la commission, selon son président, Nadim Abdel Malik, à Sawt Beirut International:

Premièrement : surveiller la publicité et les médias électoraux, les apparitions dans les médias, l’égalité et la justice, ainsi que la concurrence entre les candidats. La Commission demande aux médias de fournir cela en faveur de la démocratie.

La seconde consiste à surveiller le financement et les dépenses électorales.

Il convient de noter que la supervision des associations de la société civile est placée sous la supervision de l’Autorité. L’Autorité prend les mesures nécessaires après avoir enquêté sur les plaintes qu’elle reçoit.

Il est clair que toutes les associations de réglementation ont signé un code d’honneur avec l’Autorité, qui a nommé la Commission et l’a autorisée sur le terrain.

300 observateurs internationaux surveilleront les élections, y compris celles pour les expatriés.

La Commission a accepté de permettre aux observateurs d’entrer dans les enclos, de compter et d’élire, afin de donner intégrité, transparence et impartialité au processus électoral. Cependant, en raison de la mauvaise situation financière de l’autorité et de son manque de financement, elle n’aura pas de surveillance efficace des élections à l’étranger, mais sera plutôt formelle.

Il a déclaré que l’autorité travaille sans financement pour les dépenses depuis 2019.

L’Autorité doit passer un contrat avec 18 bureaux comptables pour vérifier les comptes électoraux une fois les résultats terminés et publiés. Les candidats et les règlements doivent soumettre un relevé de compte complet, levant le secret bancaire, pour voir si le compte a été échangé ou de l’extérieur.

En cas de dépassement du plafond électoral, l’organe en informe le Conseil constitutionnel ;

La commission a donc un rôle judiciaire. L’Autorité surveille également toutes les activités électorales des candidats lors de festivals, de rassemblements et d’apparitions dans les médias. Cependant, il semble que le candidat financièrement capable apparaisse le plus dans les médias. Par conséquent, grâce à notre surveillance, l’équilibre de la visibilité et la validité de la concurrence entre les candidats sont supposés.
PNUD a contribué à la formation de 31 observateurs engagés par l’Autorité pour l’observation. Un rapport aux médias sera publié ainsi qu’ un rapport sur le financement et les dépenses. Bien que l’Autorité ne dispose pas de fonds, elle n’a été absente d’aucun suivi de toutes les activités des candidats.

Quelque 18 bureaux de vérification se verront attribuer des données électorales que les candidats devront soumettre dans un délai d’un mois après la publication des résultats. Il y a un million de livres libanaises fines pour chaque jour de retard. Ces données doivent être fournies par le candidat même s’il perd ou se retire; si nous ne pouvons pas terminer l’audit dans un délai d’un mois, les données sont considérées comme un jugement.

En France, le délai est de six mois, car un mois ne suffit pas, et les délais existants sont difficiles et courts, et ne facilitent pas à l’organe de surveiller et travailler comme il faut.

    la source :
  • Sawt Beirut International