SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 June 2022, Thursday |

Qu’en est-il du gouvernement après le départ d’Aoun de Baabda ?

Depuis que le président Michel Aoun a fixé une date pour les consultations parlementaires, les consultations ont commencé et les contacts se sont intensifiés pour aboutir à une position unificatrice du duo chiite et de ses alliés sur la nomination du Premier ministre par intérim Najib Mikati pour former le prochain gouvernement Aoun.

Au cours des dernières heures, le duo chiite a résolu son ordre de nommer Mikati, et les efforts se sont concentrés sur l’obtention des votes nécessaires pour le retour de Mikati.

Selon des sources familières avec l’atmosphère des communications, ils ont rapporté que des contacts avaient eu lieu avec les forces du changement, et le duo a obtenu la promesse de certains députés de nommer Mikati, mais certains ont préféré ne pas le nommer et ont refusé de divulguer le nom du candidat.

Les sources ont ajouté a « Sawt Beirut International », que le Hezbollah travaille à transférer à nouveau Mikati au Grand Sérail, mais ce retour est une formalité, ce qui signifie que Mikati sera inculpé et ne sera pas composé, et restera à la tête du gouvernement intérimaire jusqu’au départ d’Aoun du palais de Baabda.

Les sources ont indiqué que cette formule est la meilleure pour le duo chiite, car ils ne veulent pas provoquer de rupture entre les alliés, en particulier Basil, et la solution la plus appropriée est d’attribuer Mikati sans paternité, et les choses resteront telles qu’elles sont jusqu’à ce qu’un nouveau premier ministre est élu et l’image que deviendra le Liban à l’ère du Liban est cristallisée. Le prochain président, en plus des règlements régionaux, peut libérer la présidence et la formation du prochain gouvernement.

Les sources disent : « Le gouvernement ne sera pas formé et les demandes impossibles de Basile ne seront pas prises en compte. Par conséquent, nous voulons que le gouvernement actuel reste avec un président désigné uniquement.

Les avantages sont imminents et le pays ne peut pas en supporter davantage. Le mieux est que Mikati reste, et les partis ne passent le temps qu’après les élections présidentielles.

Les sources ont révélé que les contacts sont ouverts et le resteront jusqu’au moment des consultations pour convaincre Basile de procéder avec une formule selon laquelle le Dib ne meurt pas et les moutons ne périssent pas, et fermer la route à tout autre candidat peut surprendre. , et c’est ce que le Hezbollah ne veut pas.