SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 October 2021, Sunday |

Qui dirige le Liban ?

Celui qui dirige le Liban aujourd’hui est le maestro de l’obstruction. La constitution est suspendue, l’explosion a secoué le monde, et les gens des palais chassent ceux qui ont des opinions contraires. En effet, le personnel dirigeant de la catégorie des bâilleurs est devenu comme des idoles.

La demande d’abolition du Conseil supérieur libano-syrien, qui a été créé à l’époque de l’occupation syrienne du Liban, est une demande qui s’inscrit dans le cadre de la correction de la situation dans le pays, et la demande d’abolir ce conseil est une logique saine, sans mentionner qu’il symbolise une période sombre et son établissement a eu lieu entre le vainqueur et le vaincu, parce que chaque lire payé pour elle et les gens n’ont pas le prix d’une pilule est décrit comme un vol, et il est une porte de gaspillage public.

Le discours du peuple libanais dit : On nous a donné le pire exemple d’une équipe politique qui peut affliger un peuple, et toutes les sanctions mentionnées ne changeront pas la réalité de la situation, parce que ce qui est requis est beaucoup plus grand que cela, et au sujet des sanctions européennes à imposer à ceux qui font obstacle à la formation du gouvernement, un politicien du Liban écrit et dit : Ces sanctions sont inutiles, et il leur conseille – c’est-à-dire les Européens – s’ils veulent aider, Ils devraient faire pression sur l’Iran pour qu’il arrête le fonctionnement de ses milices et d’encourager la démission de Aoun – Berri afin de former une administration politique pour la république et d’organiser une conférence internationale pour sortir le Liban du foyer de corruption et de la domination du Hezbollah.

Les sanctions mentionnées ne changeront pas la scène politique générale, et les Européens doivent connaître la source du déséquilibre de la structure libanaise, tant qu’ils continuent leur lune de miel avec les Iraniens et ne voient pas le Liban sous occupation. A travers la milice du Hezbollah occupée par les Iraniens, le Liban est en train d’être détruit et les crises vont s’aggraver et le devoir moral les (les Européens) oblige à lever l’hégémonie d’Iran du Liban et rapidement afin de sauver ce qui reste du Liban.

La scène libanaise, du point de vue de certains, restera jusqu’à la date de cette élection parlementaire, si elle a lieu, bien sûr, et à mon avis, en tant qu’observateur arabe : la bataille se prépare sur le plan international, régional et interne pour être la mère de toutes les batailles, et les véritables batailles entre l’Iran et les États décideurs en Occident sont des batailles politiques et de terrain, et la question libanaise fait partie de ces batailles, et la solution est claire, c’est d’expulser ceux qui répandent des armes illégales au Liban.

Stupides et ignorants tous ceux qui pensent que Michel Aoun et son équipe politique ont la possibilité ou la capacité d’échapper du pouvoir de Hassan Nasrallah, tout ce que fait le Courant patriotique libre (CPL) est de servir le Hezbollah, qui tient, avec le régime syrien et les Iraniens, à ne pas faire échouer le CPL dans la communauté chrétienne du Liban.