SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Qui dirige le Palais des Bustros face aux expatriés ?

La question est encore une fois : qui dirige le Palais des Bustros ?

Une source spéciale à « Sawt Beirut International » répond en disant que cette question nous ramène aux débuts pour découvrir la vérité qui a accompagné la carrière du ministre Abdullah Abu Habib. Il a commencé sa carrière politique avec un bataillon du nord. Sous la présidence d’Amin Gemayel, il a été nommé ambassadeur à Washington, mais il a rapidement quitté le bateau après avoir senti que l’ère de Gemayel était en train de tomber. Puis il a commencé à chercher l’endroit où il peut subvenir aux besoins de la vie et du statut. Il a dirigé l’une des institutions d’Issam Fares et a participé aux contacts quotidiens d’un journal libanais rassurant qu’il lui garantisse de rejoindre l’axe de la résistance. Plus tard, il a trouvé son chemin vers la mini-réunion de samedi à Rabieh, où la réunion prévoyait d’amener le général Michel Aoun au palais de Baabda.
Ici une idée a brillé dans la tête du diplomate Abu Habib qui est la suivante: Palais de Bustros et pourquoi pas.. Cette ambition a été bloquée par le Premier ministre de l’époque Gibran Bassil. Mais plus tard, Bassil a mal choisi: Charbel Wehbe wui a échoué et a failli renverser les relations libano-golfe, bien que Bassil n’ait pas eu une relation « grasse et miel » avec ces pays pour rester en phase avec son allié le Hezbollah.

Cette insulte diplomatique odieuse a ravivé dans l’esprit de Bou Habib la possibilité de se tenir sur le trône du Palais des Bustros et cette ambition a été bénie par Aoun lors de la formation du gouvernement du président Najib Mikati, mais il s’est heurté au veto que Bassil a mis pour des raisons présidentielles. Mais Mikati a incité Bassil à s’incliner et à accepter. Et donc l’ambassadeur est entré dans un ministère tant que c’était ses rêves, mais il a très bien réalisé que la satisfaction de Bassil l’amène à rester longtemps. Abu Habib a rejoint la machine électorale actuelle a, où le point faible dans la bataille du Patriote libre dans ce droit et les obstacles se multiplient et les raisons sont bien sûr supportées par l’administration principale du ministère libana LLis des Affaires étrangères et les justifications ne fonctionnent pas pour réformer ce qui se passe dans les bureaux de vote en expatriation à l’approche de la date des élections.

Ces obstacles, qui ont été examinés par une source proche de ce qui se passe, ont vu qu’il y a une fabrication planifiée pour entraver le vote des expatriés et limiter leurs votes dans la mesure du possible pour perturber leur impact sur les résultats dans différents milieux, en particulier dans les districts à majorité chrétienne après l’échec de l’appel au Conseil constitutionnel pour les sièges des expatriés libres des cercles locaux et les tentatives d’imposer des conditions qui dépassent la capacité logistique et matérielle au niveau du « megacenter » et autres… Nous voyons aujourd’hui qu’il existe de nombreux obstacles à travers le site officiel du ministère des Affaires étrangères et bien sûr sous la direction du « Courant patriotique libre » et du ministre Bassil en particulier qui contrôle les décisions du ministère des Affaires étrangères et ses performances et orientations, cela a conduit à une obstruction délibérée du vote des expatriés avec les stylos les plus proches d’eux avec différents arguments techniques à un moment où Il y a une incapacité de rassembler les membres de la même famille pour des raisons liées à l’inscription dans différents domaines et cela confirme qu’il y a des tentatives d’empêcher les électeurs d’atteindre les centres qui ont besoin À de longues heures, peu importe à quel point les moyens de déplacement sont différents, ce qui entravera leur arrivée et la tentative d’entraver le pouvoir des délégués de représenter les listes de candidats, car cela conduira à l’absence d’un grand nombre d’entre eux et suscitera la suspicion des processus de vote et des résultats du dépouillement des votes et des arguments présentés par la logistique administrative en compliquant l’attribution des délégués ainsi que la réservation des listes de radiation et des noms des électeurs dans chaque bureau de vote sachant que ces règlements sont entre les mains du « courant national » depuis un certain temps et ont répandu dans les médias le processus de communication que Il a été réalisé par un certain nombre d’expatriés pour les guider ou les faire chanter et a été sécurisé par l’équipe diplomatique qui appartient au courant au sein du ministère.

D’autres obstacles sont, en somme, la médiocrité des bureaux de vote dans près de la moitié, notamment les retards dans le paiement des salaires et des avantages sociaux des diplomates et des employés à l’étranger, à l’offre de les payer en monnaie libanaise, ce qui a conduit certains à prendre des positions différentes, certains décidant de revenir, tandis que d’autres soulignant qu’ils sont empêchés d’exercer leurs fonctions dans les bureaux de vote.

La source conclut que ce qui se passe peut être décrit comme un jeu dangereux dans le domaine du vote des expatriés que Bassil considérait en 2018 comme « dispersés au Liban », et il va soumettre une loi pour amender le nom du ministère pour devenir le ministère des Affaires étrangères et déployé, mais aujourd’hui il craint qu’ils ne soient déployés dans les bureaux de vote pour voter car les résultats ne seront pas ce que les navires du « courant » désirent.

    la source :
  • Sawt Beirut International