SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Qui est derrière la marginalisation diplomatique du Liban après avoir été marginalisé financièrement et économiquement et politiquement ?

Le non-paiement par le Liban de ses obligations financières et de ses contributions aux organisations internationales ne se limite pas au non-paiement de sa contribution à l’ONU, où son droit de vote est menacé. Il s’agit plutôt de son comportement dans de nombreuses instances arabes et internationales, au premier rang desquels la Ligue des États arabes, la Francophonie, l’UNESCO, l’Organisation mondiale du commerce et toutes les organisations et agences internationales.

Il est censé payer sa contribution à la Ligue arabe au cours des deux dernières années 2021 et 2022, en plus de devoir la payer pour l’année en cours 2023 ultérieurement.

Cette question n’est pas une question liée au ministère des Affaires étrangères car certains de ses responsables rejettent la faute sur d’autres responsables, selon des sources diplomatiques libanaises. La responsabilité incombe plutôt au gouvernement et à la Banque du Liban, qui doivent fournir des fonds pour payer les contributions après plusieurs examens.

La plus grande responsabilité incombe à tous ceux qui ont plongé le Liban dans un état d’effondrement financier et économique et dans le comportement de corruption et de gaspillage des finances publiques de l’État, qui ont amené le pays là où il est.

Cependant, s’agissant des contributions du Liban aux organisations internationales, celles-ci ont une dimension politique et diplomatique qui vise l’image du Liban à l’étranger, ses relations arabes et internationales, sa position en termes de respect que les pays ont pour lui et sa culture, et son une plaque tournante pour la coexistence et la convergence des civilisations et des religions, et un garant des droits de l’homme.

La question est de savoir comment le Liban a glissé jusqu’à ce nadir, et qui est la partie derrière ce niveau d’engagement international ? Après avoir quitté le système financier mondial et pénétré au cœur de l’économie « au noir », elle est désormais sur le point de quitter le système politique mondial et des bastions de la diplomatie internationale.

L’enjeu ne dépend pas du non-paiement d’une somme d’ici ou d’un engagement financier d’ici, mais plutôt de l’ampleur de cela à tous les niveaux.

Un travail est en cours de la part du ministère des Affaires étrangères avec toutes les autorités libanaises, pour que le Liban ne perde pas son vote aux Nations Unies.

Il existe de nombreuses agences et organisations internationales auxquelles le Liban n’a pas versé ses contributions. Ces contributions ont totalisé des millions de dollars. Ces organismes ont été priés de réduire la contribution. Les Nations Unies ont réagi et l’ont réduit d’un million six cent mille dollars américains à un million et 17 mille dollars.

Il existe également des transferts de paiement, dont certains sont bloqués à la Banque du Liban, et d’autres sont bloqués au ministère des Finances. Par exemple, le transfert du paiement de la contribution du Liban à la Ligue arabe, qui s’élève à environ 639 000 pour l’année 2021 dormant à la Banque du Liban, et le transfert du paiement de la contribution pour 2022 dormant au ministère des Finances. Ainsi, la contribution n’a pas été versée pour les années 21 et 22 à divers organismes et agences.

Il y a aussi ceux qui disent que la Banque du Liban n’a plus les fonds pour payer ces cotisations, et c’est elle qui n’envoie que les salaires des ambassadeurs aux missions diplomatiques éparpillées dans le monde, alors que les dépenses des ambassades et consulats généraux sont non payés et ils gèrent leurs affaires grâce aux frais qu’ils imposent et grâce au soutien qu’ils reçoivent des bienfaiteurs des communautés libanaises.

La question de la fermeture d’un grand nombre d’ambassades a été soulevée, mais les responsables ont refusé de laisser le Liban atteindre ce point d’effondrement.

Par conséquent, il y a maintenant un appel à sauver les relations internationales du Liban et sa réputation mondiale, car il était un pionnier dans le système international et à l’avant-garde du monde.

Maintenant, le ministère des Affaires étrangères a préparé un tableau de tous les transferts gelés à la Banque du Liban et aux Finances, et ils sont suivis.

    la source :
  • Sawt Beirut International